Accéder au contenu principal
Carnet de Route

Tour de France: Roglic, le public veut y croire

Le maillot jaune Primoz Roglic survole le Tour de France 2020 avec des performances qui interrogent certains.
Le maillot jaune Primoz Roglic survole le Tour de France 2020 avec des performances qui interrogent certains. RFI/Thomas-Sean de Saint-Léger

S’il ne craque pas ce samedi 19 septembre dans le contre-la-montre vers La Planche des Belles Filles, le Slovène Primoz Roglic sera assuré de voir Paris avec le maillot jaune. Dans le milieu du cyclisme professionnel, l'ultra domination de cet ancien champion de saut à ski et de son équipe Jumbo-Visma étonne - c'est un euphémisme - sans susciter, pour l'instant, l'animosité du public.

Publicité

Les Jumbo ? « Des éléphants volants », leurs performances ? « Anormales ». Avec ses mots, l’ancien maillot jaune Romain Feillu écrit sur les réseaux sociaux ce que d’autres pensent très fort dans les coulisses du Tour. Les images du train jaune de la Jumbo-Visma rappellent celles de l’US Postal des années Armstrong.

En haut des cols, dans le maigre peloton de favoris, Primoz Roglic s’est régulièrement retrouvé entouré de trois ou quatre équipiers, contre aucun pour ses rivaux. On a même vu Wout Van Aert, 78 kilos sur la balance, spécialiste du sprint et vainqueur de deux étapes dans cet exercice, lâcher à la pédale plusieurs grimpeurs confirmés.

« Ça me fait sourire », ironise Pierre, cycliste pratiquant mais peu croyant, présent à l’arrivée à Champagnole, « Quand on voit la progression très rapide de Roglic, on peut se poser des questions parce qu’on est régulièrement déçus avec le Tour de France et ses affaires de dopage : on pense que le meilleur gagne, puis on s’aperçoit que ça n’est pas toujours le cas… Ça gâche un peu le plaisir » lâche le jeune homme, l’un des seuls que nous croisons à se dire réellement gêné par la mainmise du Slovène et de sa formation.

Roglic, bien moins détesté que Froome et les Ineos

Est-ce parce que ce Tour, dans le contexte sanitaire, est d’abord une fête nécessaire pour une population éprouvée ? Ou parce que les Français voient en Primoz Roglic, coureur peu connu du grand public, originaire d’un pays grand comme la Picardie, une alternative sympathique à l’ultra-domination des Sky/Ineos ces dernières années ? Toujours est-il que le Slovène suscite assez peu d’hostilité dans le public, quand Christopher Froome recevait sifflets, injures et quolibets à l’époque où il écrasait le Tour.

►À lire aussi : Tour de France : les Alpes aux couleurs de la Slovénie

« Bien sûr, j’aurais préféré voir des Français devant », commente Pascal, originaire de Haute-Marne, « mais cette année, il faut reconnaitre que Roglic et son jeune compatriote Pogaçar sont plus forts. J’espère qu’ils ne sont pas dopés. Je pense qu’ils sont surtout mieux préparés que nos coureurs, qui ont dû s’arrêter plus longtemps avec notre régime de confinement ». Pour lui, la fête est loin d’être gâchée.

Et il y en même d’autres pour qui Roglic est un nouveau « chouchou » : « Je le trouve réservé mais très sympa », attaque Jérémie. Ce fan du Français Nans Peters s’est retrouvé avec les proches du coureur il y a quelques jours : « C’était à l’arrivée à Villard-de-Lans, on écrivait sur la route des messages pour Nans, et puis ils nous ont demandé d’écrire "Rogla", le surnom de Roglic. Il y avait sa femme et des amis. On a sympathisé et ils nous ont même offert de la bière et des biscuits slovènes un peu bizarres, mais super bons ».

Des biscuits « bizarres », c’est peut-être ça le secret de Primoz Roglic, champion mystérieux qui pourrait nous offrir dimanche à Paris son premier sourire. Un sourire jaune pour certains.

►À écouter aussi : Débat du jour - Le Tour de France doit il se réinventer encore et toujours ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.