Accéder au contenu principal

Tour de France: le sacre exceptionnel du jeune prodige slovène Tadej Pogacar

Le Slovène Tadej Pogacar, maillot jaune du Tour de France 2020, à son arrivée sur les Champs-Élysées à Paris, le 20 septembre 2020.
Le Slovène Tadej Pogacar, maillot jaune du Tour de France 2020, à son arrivée sur les Champs-Élysées à Paris, le 20 septembre 2020. Stéphane Mahé/Reuters
6 mn

Après sa démonstration samedi sur le contre-la-montre, le Slovène Tadej Pogacar a officiellement remporté le Tour de France 2020 à l’issue de la 21e et dernière étape, dimanche 20 septembre. À l’aube de ses 22 ans, il est le plus jeune vainqueur de la Grande Boucle depuis 1904. Et comme le grand Eddy Merckx en 1972, il s’offre trois maillots, dont bien sûr le maillot jaune.

Publicité

Ce Tour de France 2020 restera dans les annales pour plusieurs raisons. Il y a déjà ce contexte de pandémie de coronavirus, qui a poussé l’organisateur à décaler cette édition de deux mois et à instaurer des mesures sanitaires strictes pour tous. Et puis, on se souviendra de cette Grande Boucle pour son final époustouflant, qui voit Tadej Pogacar s’imposer ce dimanche 20 septembre sur les Champs-Élysées.

Le vainqueur de la 21e et dernière étape, entre Mantes-la-Jolie et Paris, s’appelle Sam Bennett, plus fort sur le sprint final. Mais sur la route menant à la capitale, les yeux étaient surtout rivés sur le prodige de l’équipe UAE Team Emirates. Tout de jaune vêtu, Tadej Pogacar a savouré le fruit de son exploit réalisé samedi.

L'exploit incroyable de l'avant-dernière étape

Après la victoire d’Egan Bernal en 2019 (le Colombien, distancé et en méforme, a abandonné avant la 17e étape cette année), le maillot jaune semblait promis à un autre Slovène : Primoz Roglic. Bien installé en tête et épaulé par son équipe Jumbo-Visma, l’ancien sauteur à ski menait la danse depuis la 9e étape. Mais samedi, sur le dernier contre-la-montre, le leader a explosé face au tour de force de son compatriote Tadej Pogacar.

Exceptionnel, le natif de Komenda a englouti tout le monde lors de l’avant-dernière étape. Deuxième au classement général avec 57 secondes de retard sur Roglic, Pogacar a effacé cet écart pour prendre la tête et repousser le désormais ex-leader à 59 secondes derrière lui à l’issue de la course. Un scénario complètement fou, digne du duel Greg LeMond-Laurent Fignon lors du dernier jour du Tour de France 1989. Livide, dépité, Primoz Roglic n’a rien pu faire et a reconnu la supériorité de son jeune rival : « Tadej était bien meilleur que moi. (…) Il mérite sa victoire, félicitations à lui. »

Le Slovène Tadej Pogacar, le 20 septembre 2020, jour de sa victoire sur le Tour de France.
Le Slovène Tadej Pogacar, le 20 septembre 2020, jour de sa victoire sur le Tour de France. Benoît Tessier/Reuters

« Je suis juste un gamin de Slovénie »

Pour Tadej Pogacar, c’est un « rêve absolu » qui se concrétise. Pour sa première participation au Tour de France, le Slovène l’emporte. Le monde du cyclisme assiste peut-être bien à la naissance d’un phénomène. Monstre de précocité, le jeune homme, vainqueur de trois étapes, entre dans l’histoire du Tour. Lundi 21 septembre, il fêtera son 22e anniversaire. Vainqueur à 21 ans et 364 jours, il est le plus jeune lauréat de l’après-guerre, faisant presque oublier le show d’Egan Bernal l’an dernier (vainqueur à 22 ans et 196 jours). Un seul homme a fait mieux que Tadej Pogacar : le Français Henri Cornet, sacré dix jours avant son 20e anniversaire… en 1904 !

« Les choses vont changer, mais je veux rester le même, m'entraîner et courir avec le même état d'esprit. Il faut poursuivre le bon travail de l'équipe, rester humble et continuer à donner le meilleur de nous-mêmes dans les prochaines courses. Je suis juste un gamin de Slovénie avec deux soeurs et un frère. J'aime m'amuser, apprécier la vie dans ses petites choses », déclarait Tadej Pogacar samedi en conférence de presse. Une simplicité et une timidité qui tranchent avec son exceptionnel Tour de France 2020.

Le Slovène Tadej Pogacar célèbre sa victoire sur le Tour de France 2020, le 20 septembre 2020.
Le Slovène Tadej Pogacar célèbre sa victoire sur le Tour de France 2020, le 20 septembre 2020. Benoît Tessier/Reuters

Il égale Eddy Merckx, qui le décrit comme « un très grand »

Car Tadej Pogacar ne va pas rentrer en Slovénie avec le maillot jaune seulement. Le champion s’est aussi adjugé le maillot à pois rouges de meilleur grimpeur et le maillot blanc de meilleur jeune (le maillot vert du vainqueur au classement par points revient à l’Irlandais Sam Bennett). Trois maillots sur quatre, c’est du jamais vu depuis 1969 et Eddy Merckx (maillot jaune, maillot à pois et maillot vert).

Dans les colonnes de L’Équipe, le « Cannibale » belge a égratigné la déconfiture de l’équipe Jumbo-Visma et surtout confié tout le bien qu’il pense de Tadej Pogacar, dont il voyait « venir gros comme une maison » son exploit réalisé sur le contre-la-montre. « Depuis sa troisième place au Tour d’Espagne l’an passé, je sais que c’est un très grand. On ne fait pas de tels numéros sur un grand Tour de trois semaines à 20 ans sans avoir le talent qui va avec », assure Merckx. L’avenir s’annonce sous de belles couleurs pour le cyclisme slovène, emmené par un petit prodige du nom de Tadej Pogacar.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.