Foot: prison requise contre l’ex-numéro 2 de la FIFA et le patron de beIN

Le Français Jérôme Valcke (à gauche) et le Qatarien Nasser al-Khelaïfi, lors de leur procès.
Le Français Jérôme Valcke (à gauche) et le Qatarien Nasser al-Khelaïfi, lors de leur procès. REUTERS/Arnd Wiegmann - Montage/RFI

Le procureur fédéral du ministère public de la Confédération helvétique a requis 3 ans de prison contre le Français Jérôme Valcke, l’ex-secrétaire général de la Fédération internationale de football (FIFA) déchu de ses fonctions, et 28 mois contre le Qatarien Nasser Al Khelaïfi, le patron du groupe audiovisuel beIN Media. Les deux hommes sont jugés notamment dans le cadre de l’attribution des droits TV des Coupes du monde 2026 et 2030.

Publicité

Il s'agit de la première peine d'emprisonnement requise sur le sol européen suite aux multiples scandales qui empoisonnent le football mondial depuis 2015 et le début du « FIFAgate ». Ce 22 septembre 2020, le procureur fédéral du ministère public de la Confédération helvétique (MPC) a réclamé trois ans de prison contre Jérôme Valcke, l’ex-secrétaire général de la Fédération internationale de football (FIFA) déchu de ses fonctions, et 28 mois contre Nasser Al Khelaïfi, le patron du groupe audiovisuel de beIN Media.

La justice suisse se penche sur l’attribution des droits TV pour les Coupes du monde 2026 et 2030 à beIN Media pour les zones Afrique du Nord et Moyen-Orient. Elle soupçonne Jérôme Valcke d'avoir sollicité à l'été 2003 l'aide de Nasser Al Khelaïfi pour acheter une luxueuse villa en Sardaigne, au moment où beIN négociait la prolongation de ses droits TV sur les Mondiaux de football.

Celui qui est aussi le patron du Paris Saint-Germain (PSG) aurait alors acquis ladite demeure pour 5 millions d'euros, via une société transférée presque aussitôt au frère d'un de ses proches collaborateurs, avant de la mettre à disposition de Jérôme Valcke.

Les deux hommes ont tour à tour évoqué un arrangement « privé », sans lien avec le contrat conclu par beIN avec la FIFA en avril 2014, à des conditions présentées par la défense comme « très avantageuses » pour l'instance du football.

Avec AFP,

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail