Accéder au contenu principal

Ski alpin: les jeunes au pouvoir à Sölden, Pinturault au pied du podium

Le jeune Norvégien Lucas Braathen savoure son triomphe dans le slalom géant de Sölden, le 18 octobre 2020
Le jeune Norvégien Lucas Braathen savoure son triomphe dans le slalom géant de Sölden, le 18 octobre 2020 APA/AFP
5 mn
Publicité

Sölden (Autriche) (AFP)

Le jeune Norvégien Lucas Braathen a remporté sa première victoire en carrière sur le géant d'ouverture de Sölden (Autriche) dimanche, où Alexis Pinturault a échoué à un souffle du podium.

A seulement 20 ans, Braathen a devancé deux Suisses: Marco Odermatt, un autre grand espoir du ski mondial, est 2e à 5 centièmes de secondes et Gino Caviezel, 3e à 46 centièmes, monte à 28 ans sur son premier podium de Coupe du monde.

Le silence. Pour une fois, il y avait plus de chances de croiser un chamois, sur les pentes inhospitalières qui menacent la vallée de l'Ötztal, qu'un bruyant supporter à la sortie de l'un des nombreux bars de Sölden.

Pas de soirée, pas de Schlager (musique populaire reine de l'après-ski à la qualité inégale), le huis clos décrété pour ce week-end en raison de la crise sanitaire a été un crève-coeur pour les Autrichiens, qui reviendrait à priver un Brésilien de football.

Là-haut sur le glacier du Rettenbach, à plus de 3.000 m d'altitude, c'est justement un skieur à l'ascendant sud-américain qui a fait la loi. Lucas Braathen, Brésilien par sa mère, a confirmé que son talent n'attendrait pas en dominant la première course de sa carrière à seulement 20 ans grâce à une excellente 2e manche (5e après la première) dans le terrible mur de Sölden.

Le garçon d'Oslo, qui parle portugais et passait ses vacances de jeunesse à Sao Paulo, s'était révélé l'hiver dernier en terminant 4e du slalom de Kitzbühel (Autriche).

"Il faut skier à la limite pour gagner, choisir des lignes intelligentes. Je suis un mec un peu fou et je vais le plus vite possible, parfois ça ne passe pas. Là, je suis sans voix", s'est réjoui Braathen après la course. "Je veux m'établir cette saison dans le top 5 mondial en slalom et en géant et réussir mes Mondiaux (en février 2021 en Italie)."

- "Le rythme m'a manqué" -

Il a devancé Marco Odermatt, lui aussi brillant en 2e manche (meilleur temps), skieur polyvalent programmé pour dominer le ski mondial, qui monte à 23 ans sur son 5e podium.

C'est donc la première fois depuis 2015 qu'un autre skieur qu'Alexis Pinturault s'impose à Sölden (victoires en 2016 et 2019, course annulée en 2017 et 2018).

Le Français, deuxième du classement général l'hiver dernier, a semblé moins à l'aise que d'habitude dans le mur mais a plutôt bien entamé son hiver, malgré la frustration de voir le Suisse Gino Caviezel, meilleur temps de la première manche, lui souffler le podium sur le gong pour trois centièmes de secondes.

Il a déploré un problème à la main gauche survenu la semaine dernière, qui lui a coûté ses derniers jours de préparation: "Il y a encore quatre jours, je n'étais pas capable de pousser au départ par exemple. Mais aujourd'hui, c'était anecdotique, c'est surtout le rythme qui m'a manqué. C'est pour ça que je fais des fautes."

- Kilde sorti -

Tenant du titre du gros globe de cristal, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde a lui commencé la saison à l'envers en sortant de piste dès la première manche, alors que sa régularité est normalement sa principale force. Il n'était sorti que deux fois en 27 courses l'hiver dernier. Son compatriote Henrik Kristoffersen a lui décroché la 5e place.

"J'étais au milieu de la piste, j'ai glissé légèrement puis mon ski a tapé le sol et je suis tombé. Je ne me suis peut-être pas assez battu, je pense que j'aurais pu rétablir la situation. Je ferai mieux la prochaine fois", a indiqué Kilde, précisant qu'il ne s'était pas fait mal en chutant.

Le Français Thibaut Favrot a réussi sa journée (9e) contrairement à Victor Muffat-Jeandet (16e) et Mathieu Faivre (26e).

Le week-end dans le Tyrol a ainsi lancé une saison rendue incertaine par la pandémie de nouveau coronavirus. Les courses se sont déroulées à huis clos dans le respect d'un protocole sanitaire strict (tests pour tous les participants, déplacements limités pour les suiveurs et même interdits pour les hôteliers pendant quatre jours).

Les circuits hommes et femmes doivent se retrouver à Lech, toujours en Autriche, les 13 et 14 novembre pour deux épreuves au format parallèle.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.