Accéder au contenu principal

L1: Nice a son carré d'as

L'attaquant de Nice Amine Gouiri lors d'un match de L1 à Bordeaux, le 27 septembre 2020
L'attaquant de Nice Amine Gouiri lors d'un match de L1 à Bordeaux, le 27 septembre 2020 AFP/Archives
4 mn
Publicité

Nice (AFP)

Avec le retour de Youcef Atal, Nice s'appuie sur un quatuor complété par Walter Benitez, Dante et Amine Gouiri pour monter dans la hiérarchie, en Europe comme en Ligue 1, où le Gym se rend à Angers dimanche (15h00) pour la 9e journée.

. "Walterok" Benitez

Parmi les meilleurs gardiens des dernières saisons, Walter Benitez s'est loupé sur deux relances au pied à Saint-Etienne et à Leverkusen.

"Ces sont des choses qui arrivent à tout le monde", plaide-t-il. "Cela se voit plus pour un gardien. On apprend tous les jours. J'ai la confiance du coach, du staff et de l'équipe."

En effet, personne n'en a fait reproche au club à "Walterok" (sa signature sur Twitter). Et surtout pas le coach. La prise de risque fait partie intégrante du jeu que prône Patrick Vieira.

L'Argentin s'est bien repris. Il a évité une désillusion en Ligue Europa contre l'Hapoël Beer-Sheva jeudi (1-0), en réussissant deux gros arrêts à la fin de chaque mi-temps, alors que le Gym avait nettement maîtrisé l'équipe israélienne.

. Dante la voix

A 37 ans, capitaine Dante tient bon la barre. Le Brésilien reste le patron incontesté de la défense, et le chef du vestiaire, où il prend beaucoup la parole.

Sur le terrain, il élève aussi la voix, comme il l'a fait en seconde période contre Beer-Sheva, pour recadrer quelques coéquipiers coupables de nonchalance. Cela s'est entendu dans le stade vide...

Il en a reparlé après le match, dans un sourire: "Quand deux fils se touchent, j'y vais direct..."

Jeff Reine-Adélaïde a pris une petite soufflante après avoir perdu des ballons faciles.

"Si on veut se qualifier (pour les 16es de finale de C3), il faudra rectifier certains petits trucs, être très exigeants sur la discipline", a expliqué Dante.

. Gouiri le diamant

Le vrai "facteur X" du début de saison, c'est lui: Amine Gouiri. Déjà auteur de 5 buts et 2 passes décisives en 10 matches toutes compétitions confondues, il a signé des gestes pleins de classe.

Sa volée du plat du pied pour le but vainqueur devant Beer-Sheva est superbe.

L'ancien Lyonnais confirme être le grand attaquant moderne espéré à Nice.

Mais Patrick Vieira a épinglé de manière globale le secteur offensif pour "un jeu trop facile parfois", et a regretté le manque de "projection rapide vers l'avant".

"On doit être plus dangereux dans les trente derniers mètres et marquer plus", insiste l'ancien des Bleus, et le génial Gouiri n'échappe pas au reproche global. Il a été moins appliqué sur une tête à bout portant en seconde période, jeudi.

. Atal, le retour du dribbleur

Ce trio qui porte l'OGCN, et qui bien redressé la barre après la gifle 6-2 chez le Bayer Leverkusen pour la première journée de C3, est rejoint par l'étoile Youcef Atal.

Blessé au genou et opéré début décembre 2019, puis stoppé dans sa relance estivale par une lésion musculaire, le latéral international algérien a rappelé en l'espace de 68 minutes européennes et une passe décisive combien il avait manqué à Nice durant la phase retour, tronquée par le Covid-19.

Ses accélérations, ses inspirations et ses dribbles déroutent les défenses adverses, même s'il a encore un peu de déchet, le temps de retrouver pleinement le rythme.

"On connaît l'importance de Youcef, son apport dans notre jeu", souligne Dante. "Il a eu des blessures, c'est à nous de l'aider pour faire ce qu'il faut pour revenir et éviter de nouveaux pépins".

"La saison est longue", conclut le capitaine, "nous aurons besoin de tout le monde". Mais surtout du carré d'as.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.