Accéder au contenu principal

Bleus, la course à l'Euro: Griezmann soulagé, Pogba décevant

Le milieu de terrain de Manchester United, Paul Pogba, lors de la défaite 1-0 de Manchester United face à Arsenal à Old Trafford, le 1er novembre 2020
Le milieu de terrain de Manchester United, Paul Pogba, lors de la défaite 1-0 de Manchester United face à Arsenal à Old Trafford, le 1er novembre 2020 POOL/AFP/Archives
5 mn
Publicité

Paris (AFP)

A l'approche de la prochaine liste des Bleus, dévoilée jeudi par Didier Deschamps, Antoine Griezmann a retrouvé le chemin des filets avec Barcelone lors d'un week-end décevant pour Paul Pogba, en partie responsable de la défaite de Manchester United face à Arsenal.

- Pogba à bout de souffle -

Entre une trêve très courte, un calendrier chargé et une récente contamination au Covid-19, Paul Pogba peine en ce début de saison au sein d'un Manchester United sur courant alternatif.

Dimanche contre Arsenal, le champion du monde a provoqué le penalty qui a offert aux Gunners leur première victoire (1-0) à Old Trafford depuis 2006, avec une intervention à contretemps sur Hector Bellerin.

"Je ne peux pas faire ce genre de faute. J'ai peut-être manqué un peu de lucidité, je pensais prendre le ballon et ça n'a pas été le cas et je nous ai coûté le but aujourd'hui avec ce penalty", a-t-il commenté en guise de mea culpa.

Mais au-delà de ce fait de jeu, c'est tout son match qui a semblé à contre-temps, Pogba faisant les mauvais choix, donnant les ballons dans le mauvais timing, alors qu'il était titularisé à son poste privilégié, à gauche d'un milieu à quatre en diamant. Comme contre Leipzig quatre jours plus tôt (5-0) en C1, où la "Pioche" avait réussi une passe décisive.

- Griezmann touche au but -

Enfin ! Après sept matches, Antoine Griezmann a enfin débloqué son compteur de buts au FC Barcelone cette saison, samedi sur le terrain d'Alavés (1-1).

L'attaquant a permis au Barça d'éviter une troisième défaite consécutive grâce à un ballon judicieusement récupéré et subtilement piqué au-dessus du gardien (63e). Un gros soulagement pour le champion du monde de 29 ans (83 sélections), qui a connu un mauvais passage en début de saison: "Grizi" était passé à côté de son match à Getafe (défaite 1-0) en Liga, a été mis sur le banc en ouverture de la Ligue des champions contre les Hongrois de Ferencvaros (5-1), puis lors du clasico perdu 3-1 contre le Real Madrid.

Positionné dans l'axe, son poste préférentiel, en octobre face au Portugal (0-0) et en Croatie (1-2), en soutien de Mbappé-Giroud ou Mbappé-Martial, Griezmann est cantonné à l'aile droite au Barça... mais semble commencer à retrouver en club la spontanéité qui fait sa force en Bleu.

"Je n'ai rien à redire sur son attitude, ni aux entraînements ni en match, parce qu'il essaie toujours de faire le maximum", avait assuré son entraîneur Ronald Koeman vendredi.

- Rabiot à l'attaque -

Départ à la limite du hors-jeu dans le dos de la défense, dribble plein de sang froid et petit plat du pied en finesse pour conclure du pied doit: Adrien Rabiot, entré en seconde période, a participé au réveil de la Juventus dimanche contre la Spezia (4-1).

Ce n'est que le second but en Italie sous le maillot bianconero de l'ex-milieu du Paris SG, mais il est encore plein de classe, comme le tout premier inscrit contre l'AC Milan en juillet, au terme d'une folle chevauchée conclue par une frappe du gauche en lucarne.

Quatre jours après la souffrance collective de la Juve face à Barcelone (0-2) en Ligue des champions, notamment au milieu de terrain, ce but a surtout rassuré tout le monde sur son état de forme après avoir couru dans le vide mercredi.

Le journal Tuttosport, rappelant qu'il ne lui a fallu que six minutes pour marquer, lui a attribué une bonne note (7), comme la Gazzetta dello sport qui a écrit: "Des cinq milieux, c'est celui qui fait les choses les plus simples et les plus directes. Il a marqué tout de suite parce qu'il a les jambes, le positionnement et semble en adéquation avec la nouvelle philosophie" de l'entraîneur Andrea Pirlo.

- Aouar, les montagnes russes -

Dimanche à Lille (1-1), Houssem Aouar a vécu une soirée en montagnes russes. Un mois après sa première sélection avec les Bleus, le jeune milieu de 22 ans a d'abord été verni en provoquant l'égalisation de Lyon: son tir non cadré a rebondi sur le Lillois Zeki Celik pour tromper Mike Maignan.

C'est aussi lui qui avait lancé Karl Toko Ekambi et Tino Kadewere pour un deux-contre-un gâché par les deux attaquants.

Mais malgré son rôle dans l'animation offensive, il a été sacrifié par Rudi Garcia après l'exclusion du défenseur central Marcelo en début de seconde période (50e).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.