Basket: ultra-dominant, le Camerounais Joel Embiid marche sur la NBA

Le pivot camerounais des Philadelphia 76ers, Joel Embiid, le 19 février 2021.
Le pivot camerounais des Philadelphia 76ers, Joel Embiid, le 19 février 2021. Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Joel Embiid a signé un nouveau récital, vendredi 16 avril, avec les Philadelphia 76ers face aux Los Angeles Clippers (106-103). Auteur de 36 points et 14 rebonds, le Camerounais réalise une saison énorme en NBA. Le pivot enchaîne les performanches de haute volée, au point d'être cité parmi les favoris au titre de meilleur joueur (MVP).

Publicité

« MVP ! MVP ! » : ce sont les trois lettres qu'ont scandé les 4000 spectateurs du Wells Fargo Center, le temple du basket où évoluent les Philadelphia 76ers (les « Sixers »), vendredi, pour saluer la victoire de leur équipe face aux Los Angeles Clippers (106-103) et surtout pour ovationner Joel Embiid. Trois lettres pour Most Valuable Player, soit la récompense décernée au meilleur joueur de la saison.

La statuette symbolisant la récompense n'est pas encore entre les mains du Camerounais. La saison est encore longue : la phase régulière ne s'achève que dans un mois, puis viendront les playoffs entre mai et juillet. Mais Joel Embiid fait partie des favoris pour cette distinction prestigieuse.

Face aux Clippers, le pivot de 27 ans a encore inscrit 36 points et pris 14 rebonds. Depuis 2006, aucun joueur des Sixers n'avait enchaîné trois matches consécutifs avec plus de 35 points au compteur.

Dans les pas d'Iverson malgré sa blessure

Le show Embiid s'inscrit dans la lignée de précédents matches énormes de la part de l'enfant de Yaoundé. Le 19 février, celui que l'on surnomme « The Process » claquait 50 points (et 17 rebonds) face aux Chicago Bulls, son record en carrière. Un record et un goût de nostalgie chez les Sixers : aucun joueur de Philadelphie n'avait plus inscrit 50 points depuis 2005 et un certain Allen Iverson, dernier 76ers à recevoir le titre de MVP (en 2001).

Le géant tourne en moyenne à 30 points et 11 rebonds en cette saison 2020-2021. Avant ses 50 points passés aux Bulls, le n°21 avait déjà franchi la barre des 40 points à quatre reprises. Et contrairement à d'autres pivots, lui ne tremble pas sur la ligne des lancers-francs. Et dire qu'une vilaine torsion du genou gauche a fait craindre le pire... Le 12 mars, après un dunk réussi face au Utah Jazz, Joel Embiid s'est blessé au genou gauche.

Une fin de saison prématurée était redoutée, mais finalement, le Camerounais n'a manqué « que » dix rencontres entre mars et avril. Dix matches que ses coéquipiers ont su gérer sans lui (sept victoires, trois défaites). Et depuis son retour, « JoJo » a repris son inarrêtable marche en avant. Les Sixers sont en tête de la Conférence Est avec 39 victoires et presque 70% de victoires.

La concurrence est rude avec Jokic, Antetokounmpo, Harden...

En phase avec le public de Philadelphie, Ben Simmons, le « lieutenant » de Joel Embiid, est catégorique : « Je pense que clairement, le MVP cette saison, c'est lui. Il domine tellement ! » Qu'en pense l'intéressé ? Avant de croquer les Clippers, le pivot avait bien avoué qu'il se sentait « bien placé » dans cette course. Mais évidemment, tout ne dépend pas que de lui.

D'abord, ces 18 matches manqués au total peuvent le desservir. Et puis, la concurrence est rude. James Harden, lauréat en 2018 et passé en janvier des Houston Rockets aux Brooklyn Nets, est là. Le Grec Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks), récompensé en 2019 et 2020, se verrait bien faire la passe de trois. Et le Serbe Nikola Jovic, des Denver Nuggets, est très cité comme prochain MVP. D'après un récent sondage de la chaîne américaine ESPN, ce derrnier est même largement en tête des intentions de vote.

Rien n'est joué, mais Joel Embiid a une carte à jouer. Ses chances ne peuvent que croître avec ses performances actuelles. S'il devait être l'élu de la saison 2020-2021, le Camerounais serait le deuxième joueur africain MVP dans l'histoire de la NBA après Hakeem Olajuwon en 1993-1994 (Giannis Antetokounmpo, lui, est né de parents nigérians, mais il est de nationalité grecque et joue pour la sélection grecque).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail