Cyclisme: Julian Alaphilippe très attendu sur Liège-Bastogne-Liège, «doyenne» des classiques

Julian Alaphilippe avec le maillot de champion du monde sur les épaules.
Julian Alaphilippe avec le maillot de champion du monde sur les épaules. Tommaso PELAGALLI AFP/Archivos

Après sa troisième victoire sur la Flèche wallonne mercredi 21 avril, Julian Alaphilippe attend désormais la « doyenne » des classiques, Liège-Bastogne-Liège, créée en 1892, qui sera le grand objectif de son début de saison, dimanche 25 avril.

Publicité

Julian Alaphilippe va-t-il succéder à Bernard Hinaut, dernier vainqueur français de la « doyenne » des classiques en 1980 ? À quelques jours de l’édition 2021 de Liège-Bastogne-Liège, le champion du monde en titre a frappé un grand coup en s’adjugeant mercredi 21 avril pour la troisième fois la Flèche wallonne et sa terrible arrivée dans le mur de Huy où il a « remis les choses en place » en devançant le Slovène Primoz Roglic.

« La confiance est là pour dimanche »

« C'est ma deuxième victoire de l'année (après un succès d'étape sur Tirreno-Ariatico, ndlr). Ce n'est jamais facile de gagner, encore moins en y mettant la manière. Et puis s'imposer au sommet du mur de Huy avec le maillot arc-en-ciel, c'est vraiment super. C'est du bonheur plus que du soulagement », a déclaré Alaphilippe qui s’était montré moins percutant dimanche dernier lors de l’Amstel Gold Race où il avait pris la sixième place.

« Je m'étais préparé pour ces deux classiques ardennaises, la Flèche aujourd'hui et Liège dimanche. C'est déjà une bonne chose de faite aujourd'hui. L'un des deux objectifs est atteint. Mon bilan des Ardennaises sera positif, quoi qu'il arrive sur la Doyenne. La confiance est là pour dimanche. La condition est bonne. J'ai travaillé pour ça. Ça paie », commente Alaphilippe. Depuis l’Australien Cadel Evans en 2010, personne ne s’était imposé sur la Flèche wallonnne avec le maillot arc-en-ciel sur le dos.

La revanche de 2020 ? 

« Tout ce que je constate, c'est que je n'étais pas assez fort pour battre Alaphilippe. Mais ma condition est bonne ce qui me donne beaucoup de confiance pour les jours et semaines à venir », a commenté Primoz Roglic, vainqueur sortant de Liège-Bastogne-Liège, qui s’est imposé lors de trois étapes à Paris-Nice en mars dernier pour sa course de reprise. Sur la Flèche wallonne, Roglic avait pris la tête de la course à 400 mètres de l’arrivée dans le mur de Huy qu’il découvrait.

Julian Alaphilippe a une revanche à prendre sur Liège-Bastogne-Liège qui avait été décalée à octobre en 2020 pour cause de pandémie de coronavirus. Fraîchement auréolé du maillot de champion du monde, le Français avait cru que la victoire était acquise et avait même levé les bras avant de se faire sauter sur la ligne par Primoz Roglic.

Il n’était même pas monté sur le podium car le jury des commissaires l’avait déclassé à la dernière place du groupe (5e). Le champion du monde s'était rendu coupable d'une vague en sortant de sa ligne lors du sprint et avait coupé la trajectoire du Suisse Marc Hirschi et du Slovène Tadej Pogacar, les empêchant de jouer la victoire. Dimanche,  Alaphilippe tentera de remettre les pendules à l'heure. 

Depuis Moreno Argentin en 1987, aucun coureur ne s'est imposé avec le maillot de champion du monde. Depuis la modification du final en 2019, la course se dénoue dans la côte de la Roche-aux-Faucons, le dernier tremplin à 13 kilomètres de l'arrivée. Présent sur le front des classiques depuis début mars, Julian Alaphilippe a l'occasion de terminer cette première partie de saison en beauté. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail