Portrait

L’Irlandaise Katie Taylor, une boxeuse en or massif

La boxeuse irlandaise Katie Taylor face à Miriam Gutierrez.
La boxeuse irlandaise Katie Taylor face à Miriam Gutierrez. © Mark Robinson/Matchroom Boxing

Katie Taylor remet en jeu ses ceintures de championne du monde de boxe professionnelle, le 1er mai 2021 à Manchester. L’Irlandaise y affrontera Natasha Jonas pour le titre de reine des poids légers. La Britannique tentera ainsi de faire chuter l’une des plus grandes boxeuses de tous les temps, superstar dans son pays et de sa discipline.

Publicité

Katie Taylor doit évidemment beaucoup à la boxe. Cette Irlandaise âgée de 34 ans est en effet devenue une icône grâce au « Noble Art ». Mais le « Noble Art » doit aussi un peu à celle qui est née à Bray, une petite ville située non-loin de Dublin. Car c’est en partie en regardant un de ses combats d’exhibition face à la Canadienne Katie Dunn, en marge des Mondiaux masculins 2007, que des membres du Comité international olympique (CIO) ont été convaincus qu’un tournoi féminin avait sa place au programme des Jeux d’été.

Des JO 2012 durant lesquels Katie Taylor a été porte-drapeau de l’Irlande et pour lequel elle a décroché l’unique médaille d’or à Londres, la première de son pays depuis 1996.

Même si elle n’est pas parvenue à récidiver à Rio en 2016, ses compatriotes lui ont largement pardonné. En-dehors de la superstar des arts martiaux mixtes (MMA) Conor McGregor, aucun(e) autre athlète ne semble avoir son aura sur cette île située au nord-ouest de l’Europe.

Championne du monde incontestée

En quinze années, Katie Taylor a collectionné les honneurs. D’abord chez les amateurs, entre 2005 et 2016, avec six titres européens et cinq sacres mondiaux consécutifs. Puis chez les professionnels depuis cinq ans. Chez les pros, « KT » en est à 17 victoires en autant de combats, dont 6 par KO ou arrêt de l’arbitre (TKO).

Elle détient actuellement les cinq plus prestigieuses ceintures de championne du monde : celles des quatre grandes fédérations de boxe (IBF, WBA, WBC, WBO) et celle décernée par le mythique magazine The Ring. Elle a défendu avec succès son statut de reine incontestée des poids légers à deux reprises. D’abord en août 2020 contre sa rivale belge Delfine Persoon, qu’elle avait déjà battue en juin 2019. Puis en novembre 2020 face à l’Espagnole Miriam Gutierrez.

Elle tentera de les conserver encore, ce 1er mai 2021 à Manchester, face à la Britannique Natasha Jonas, une combattante à ne pas prendre à la légère mais dont le CV est nettement moins étoffé.

L'Irlandaise Katie Taylor avec toutes ses ceintures.
L'Irlandaise Katie Taylor avec toutes ses ceintures. © Mark Robinson/Matchroom Boxing

La plus grande de l’histoire ?

L’Irlandaise, elle, fait en effet partie d’un club très fermé de huit pugilistes – hommes et femmes confondus – à avoir détenu simultanément les titres IBF, WBA, WBC, WBO. Chez les femmes, seule l’Américaine Claressa Shields, actuelle championne incontestée des super welters et médaillée d’or 2012 et 2016, semble pouvoir s’asseoir à la même table que Katie Taylor. Cette dernière, qui a aussi été brièvement reine WBO des super-légers, serait-elle donc une des plus grandes boxeuses de l’histoire ?

« À l’heure actuelle, concernant son palmarès, oui, mais il y aura la suite à prendre en compte », estime pour rfi.fr l’ex-championne du monde Myriam Lamare. La Française déplore toutefois un certain manque d’engagement de la part de Katie Taylor, hors du ring. « Elle a joué un rôle dans la promotion de la boxe, c’est certain, glisse-t-elle. En revanche, au féminin, il reste du travail. Il y a un gros potentiel mais cela n’a pas l’air d’être sa priorité. Dommage, car beaucoup d’autres boxeuses jouent très bien de leur féminité ».

D’autres défis en tête

Katie Taylor est très discrète en-dehors du ring, notamment sur les réseaux sociaux. Elle préfère se focaliser sur une carrière qu’elle espère encore longue. « Je ne pense pas à la retraite pour le moment, mais je ne peux évidemment pas continuer pour toujours, répond-elle à rfi.fr lors d’une conférence de presse. Je sais qu'il ne me reste que quelques années dans le sport, mais en ce moment je me sens très fraiche ».

À presque 35 ans, elle a ainsi de nouveaux défis en tête. « Ce serait incroyable de devenir championne incontestée dans différentes catégories de poids », lance-t-elle, songeant peut-être à un futur affrontement avec une ex-adversaire : Jessica McCaskill. L’Américaine détient toutes les ceintures dans la catégorie welters.

Une ex-footballeuse

Et dire que Katie Taylor aurait tout aussi bien pu être footballeuse de haut-niveau…  Elle l’a d’ailleurs été durant les années 2000, portant les couleurs de l’équipe nationale. Mais la boxe, discipline dans laquelle son père et ex-entraîneur a été champion national, a fini par prendre le dessus.

En 2001, à 15 ans, elle avait commencé à écrire l’histoire de ce sport en remportant le premier combat féminin officiel organisé en Irlande. Depuis, cette fervente chrétienne pentecôtiste a continué de croire en son destin. « Je veux juste participer aux plus grands combats possibles et je veux juste continuer à faire tomber des barrières », conclut-elle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail