Tour d’Italie cycliste: le grand retour d’Egan Bernal?

Egan Bernal, vainqueur du Tour de France 2019.
Egan Bernal, vainqueur du Tour de France 2019. Sylvain THOMAS AFP

Le Colombien Egan Bernal va-t-il retrouver les feux des projecteurs lors de la 104e édition du Tour d’Italie cycliste qui démarre le samedi 8 mai à Turin pour se terminer le 30 mai à Milan ? Depuis sa victoire dans le Tour de France en 2019, le grimpeur de la formation Ineos Grenadiers n’a jamais vraiment retrouvé un tel niveau dans les compétitions auxquelles il a participé.

Publicité

Alors que des douleurs au dos le handicapent fortement, Egan Bernal a confié à La Gazzetta dello Sport vouloir se tester sur les premiers jours de course. Il saura ensuite s’il est en mesure de jouer le classement général et de s’offrir le deuxième grand Tour de sa carrière. Révélé par l'équipe italienne Androni Giocattoli-Sidermec en 2016, Egan Bernal n'a jamais participé au Tour d'Italie (Giro).

« J'ai pu bien m'entraîner en altitude en Colombie »

« Je pense que la situation avec mon dos s'améliore, a confié le coureur dans un entretien accordé au quotidien italien La Gazzetta dello Sport. Après Tirreno-Adriatico, j'ai pu bien m'entraîner en altitude en Colombie et j'espère être en bonne forme dès le départ du Giro. » « Le problème c'est que j'ai une jambe plus longue que l'autre et cela m'a amené à avoir une scoliose et un disque dans la colonne vertébrale a touché un des nerfs qui amène le glucose et descend jusqu'à la jambe », avait détaillé le Colombien dans un entretien accordé en octobre 2020 à ESPN Colombie.

En 2020, Bernal avait dû quitter le Tour de France alors qu'il était tenant du titre. Egan Bernal s'attend désormais à une « course dure » durant laquelle « le plus fort va gagner, et les cols difficiles comme le Zoncolan et l'étape reine vers Cortina d'Ampezzo feront des grosses différences ».

Egan Bernal aura avec lui son compatriote Daniel Martinez et le Russe Pavel Sivakov pour l'aider en montagne. L'équipe Ineos Grenadiers, qui a annoncé la composition de son groupe, a retenu trois coureurs italiens : le champion du monde du contre-la-montre Filippo Ganna, Gianno Moscon et Salvatore Puccio. L'Espagnol Jonathan Castroviejo et l'Équatorien Jhonatan Narvaez complètent l'effectif de la formation qui a gagné deux des trois dernières éditions du Giro, avec les Britanniques Chris Froome en 2018 et Tao Geoghegan Hart en 2020.

Le spectacle des chemins blancs de Toscane

Lors de cette édition 2021, Les chemins blancs de Toscane et trois arrivées au sommet forment le carré d'as des étapes qui promettent sur le papier d'être décisives. Le 19 mai, au lendemain de la première journée de repos, la 11e étape empruntera au long de quatre secteurs spécifiques 35,2 kilomètres de « Strade bianche », les routes blanches de Toscane appelées ainsi car non bitumées, qui donnent leur nom à une classique prisée remportée par Mathieu van der Poel en mars dernier.

Le 22 mai, le Giro reviendra donc au Zoncolan, col mythique escaladé par son versant est. Le 24 mai, place aux Dolomites avant la dernière journée de montagne qui aura lieu cinq jours plus tard avec l’interminable montée du San Bernardino, puis le col-frontière du Splügen, au-dessus des 2 000 mètres d'altitude, qui précédera le retour en Italie pour une dernière ascension en direction de l'Alpe Motta, au-dessus de la station de Madesimo.

Il faudra donc à Egan Bernal une forme optimale pour inscrire son nom au palmarès et succéder à son compatriote Nairo Quintana (2014) et à l’Équatorien Richard Carapaz (2019) en tant que coureur du continent sud-américain.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail