Euro 2021: au Bayern Munich, on parle aussi français

Benjamin Pavard avec le maillot du Bayern Munich.
Benjamin Pavard avec le maillot du Bayern Munich. Pool via REUTERS - ANDREAS GEBERT

L’équipe de France affronte l’Allemagne mardi 15 juin à Munich dans le stade du Bayern. La saison dernière, ils étaient plusieurs tricolores à avoir porté le maillot Rouge et blanc du club bavarois. Depuis Jean-Pierre Papin en 1994, plusieurs joueurs français sont venus grossir les rangs d'un des plus grands clubs du monde.

Publicité

De notre envoyé spécial à Munich,

On ne parle pas seulement la langue de Goethe dans le vestiaire du Bayern Munich. Celle de Molière y est aussi pratiquée à travers quatre internationaux, Lucas Hernandez, Benjamin Pavard, Corentin Tolisso et Kingsley Coman, qui font partie de l’effectif des Rouge et blanc et qui seront en Bleu mardi soir dans l'enceinte de l'Allianz-Arena. Il fait visiblement bon vivre au sein du détenteur du record de titres de champion d'Allemagne, dirigé un temps par l'ancien international Franz Beckenbauer.

Bixente Lizarazu le précurseur

Après un Jean-Pierre Papin qui n'avait pas su s'y imposer, Bixente Lizarazu, champion du monde 98, a finalement ouvert la voie en passant sept saisons en Bavière de 1997 à 2004, pour ensuite y terminer sa carrière lors de l’exercice 2005-2006, après une pige à Marseille entre temps. Willy Sagnol, lui, a évolué au Bayern Munich durant huit saisons, de 2000 à 2008, le temps de disputer 281 rencontres. D’autres n’ont pas fait de vieux os au « FC Hollywood », à l'image d'Alou Diarra : l’ancien joueur des Girondins de Bordeaux y a passé deux saisons (2000-2002), et n’a jamais disputé aucune rencontre !

Si lui n’est pas resté dans le cœur des supporters, Franck Ribéry, qui a remporté neuf titres de champion d’Allemagne, six Coupes d’Allemagne, quatre Supercoupes d’Allemagne et une Ligue des champions, est sans aucun doute le tricolore le plus apprécié.

Lors de sa dernière saison en 2017-2018, Ribéry a quitté le club munichois en marquant le quatrième but d'une large victoire contre Francfort (5-1) pour son 425e match. Le Bayern a rapidement scellé la rencontre pour remporter son 29e titre de champion.

« Tout le monde était là aujourd'hui, mes enfants, mes parents, ma femme, mes cousins, toute la famille. C'était un moment spécial mais difficile aussi, mais le plus important pour moi était que nous soyons champions », avait confié en larmes « Kaiser Franck », que l’on avait annoncé au Real Madrid en 2009.

Franck Ribéry (Bayern Munich) et la Coupe d'Allemagne, Berlin le 1er juin 2013.
Franck Ribéry (Bayern Munich) et la Coupe d'Allemagne, Berlin le 1er juin 2013. REUTERS/Michael Dalder

Franck Ribéry, le plus Allemand des Français

L'idylle en Bavière se terminait après 12 saisons riches de 124 buts, loin de ses tourments avec la France après l’épisode de la grève du Mondial 2010 en Afrique du Sud. « Je n'oublierai jamais tous les grands moments passés ici », avait-il confié à la télévision allemande après sa dernière prestation à l'Allianz-Arena. « Après ma carrière, dans un ou deux ans, je reviendrai à 100% à Munich, parce que je m'y sens bien et ma famille aussi », annonçait Ribéry sans pour autant préciser son avenir au sein du club bavarois.

« Il était très populaire et a toujours été jugé sur ses performances sportives contrairement à la réputation qu’il avait en France », témoigne un supporter du club rencontré dans le centre-ville de Munich, sur la Marienplatz, le point central de la ville, là où Ribéry faisait des apparitions à la fenêtre de l’hôtel de ville pour fêter ses titres nationaux, sous des tonnerres d’applaudissements. Un autre amoureux du Bayern raconte que Ribéry était le « chouchou » car il jouait bien, mais avait aussi eu le courage d’apprendre l’allemand, et que son accent français faisait rire.

Un grand club familial

« Lorsqu’on arrive ici, on sent que c’est un très grand club, c’est familial, et on se sent bien ici. Je comprends que certains soient restés des années. Moi, je ne sais pas. Dans le foot, tout va vite, mais je suis content de gagner des trophées avec le Bayern », a récemment expliqué Benjamin Pavard à propos de cette institution où le collectif prime sur l'individualité. Corentin Tolisso, qui parle allemand, évoque le Bayern comme un « rêve de gosse ».

Kylian Mbappé, que tout le monde s’arrache, a même avoué que son coéquipier Lucas Hernandez essayait de le convaincre de jouer en Bavière. « Lucas m’a dit que je devrais venir au Bayern Munich, a lancé le joueur du Paris Saint-Germain dans un entretien accordé à Bild SportDans le football, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Mais je suis actuellement très heureux comme je suis. » Le jeune Nianzou Tanguy Kouassi, formé à Paris, a lui sauté le pas et rejoint le Bayern à l'été 2020.

Lucas Hernandez aura forcément des frissons avant d’entrer sur le terrain de l'Allianz-Arena pour la rencontre face à l’Allemagne. « Il y aura beaucoup d’émotions vu que ça fait déjà deux ans que j’y joue. En face, il y a pas mal de joueurs du Bayern. Ça sera un match spécial, différent, mais que personnellement, je veux gagner », lâche le tout récent champion d’Allemagne.

C'est certain, dans les prochaines années, d'autres viendront grossir le rang des französisch (Français) à Munich.

Euro 2020 : calendrier et résultats 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail