Selon le Premier ministre japonais, le CIO n'a pas fait pression sur le Japon pour maintenir les JO

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a nié dans un entretien paru mercredi 21 juillet avoir subi une quelconque pression du Comité international olympique (CIO) pour maintenir les Jeux olympiques de Tokyo, qui demeurent impopulaires au Japon face à la recrudescence du Covid-19. « Nous avions demandé les Jeux olympiques parce que nous les voulions. S'ils (les responsables du CIO, NDLR) essayaient de m'imposer quelque chose, je leur rendrais la pareille », a déclaré M. Suga. À deux jours de la cérémonie d'ouverture des JO et alors que les premières compétitions ont démarré ce mercredi, Tokyo est dans les starting-blocks et les Jeux pourront se tenir en toute sécurité, a insisté le Premier ministre. La capitale japonaise, et ses quelque 14 millions d'habitants, a enregistré ce mercredi 1832 nouveaux cas de coronavirus, un nouveau record local depuis janvier.