Reportage

Rugby: les Kényanes quittent Tokyo 2021 sur une note positive

Les Kényanes face au Canada, lors du tournoi de rugby à 7 des Jeux olympiques de Tokyo 2021.
Les Kényanes face au Canada, lors du tournoi de rugby à 7 des Jeux olympiques de Tokyo 2021. REUTERS - STOYAN NENOV

Battues 24-10 par le Canada, les Kényanes terminent 10e du tournoi de rugby à 7 des Jeux olympiques de Tokyo 2021. Un résultat légèrement meilleur que celui obtenu aux JO 2016 (11e) mais qui donnent de l’espoir à une équipe du Kenya déterminée.

Publicité

De notre envoyé spécial à Tokyo,

Felix Oloo, l’entraîneur de la sélection féminine de rugby à 7 du Kenya, rassemble durant de longues minutes ses joueuses en cercle, sur la pelouse du Tokyo Stadium. Les Kényanes viennent de s’incliner 24-10 face au Canada, en match pour la 9e place des Jeux de Tokyo 2021. Les Lionnes s’agenouillent pour prier. Que leur a dit leur coach à l’issue de cette deuxième campagne olympique, après la 11e place aux JO 2016 ? ça restera un secret d’équipe.

« Ces Jeux olympiques sont une belle expérience pour mes joueuses, surtout si l’on considère d’où on revient, assure Oloo. Il faut garder à l’esprit que la moitié de notre équipe a été placée en isolement, jusqu’au début de ces Jeux ». À leur arrivée au Japon, six Kényanes ont en effet dû observer une quarantaine de 8 jours, parce qu’un passager de leur vol aller avait été testé positif au Covid-19.

« Malgré ça, elles ont très bien joué, estime leur coach. Elles ont marqué à chaque match ou presque et pour moi, c’était essentiel. Le fait de gagner au moins un match était également important pour notre confiance ».

« Le Kenya continue de grandir »

Battues par les Néo-Zélandaises (29-7), la Russie (35-12) et la Grande-Bretagne (31-0), les Lionnes ont en revanche contré les Japonaises 21-17. Un résultat qui leur permet de finir 10e de ces Jeux de Tokyo.

Durant ces JO 2021, le Kenya espérait certes atteindre les quarts de finale. Mais, compte tenu du contexte et de l’adversité, la capitaine Philadelphia Orlando ne fait pas la fine bouche. « Je suis déjà très fière d’avoir affronté le Canada pour ce dernier match. C’est une grande équipe, sourit-elle. Ces filles sont troisièmes au classement des Sevens Series [séries de tournois de rugby à 7 qui rassemblent les meilleures équipes nationales, Ndlr]. C’était un vrai plus de jouer contre elles ».

La demi d'ouverture est ses partenaires ont une double mission : décrocher une première participation en Coupe du monde, la prochaine étant prévue en 2022 en Afrique du Sud. Et continuer à prouver que le sport kényan ne se résume pas à l’athlétisme. « La plupart des gens pensent encore que les Kényans sont capables de prendre part aux Jeux olympiques uniquement en athlétisme. Alors que nous excellons dans plein de sports, comme en rugby, que ce soit chez les hommes et chez les femmes. Moi, je pense vraiment qu’en sports, le Kenya continue de grandir et qu’on sera encore mieux représentés à Paris 2024 », conclut-elle.

► Tokyo 2021 : Calendrier des épreuves, résultats, tableau des médailles

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail