Tokyo 2021-Basket: les adieux de Pau Gasol à l’équipe d’Espagne

El español Pau Gasol la hunde em el partido contra Argentina por los JJOO el 29 de julio en Saitama
El español Pau Gasol la hunde em el partido contra Argentina por los JJOO el 29 de julio en Saitama Thomas COEX AFP

Après la défaite de l’Espagne en quarts des Jeux de Tokyo contre les États-Unis ce mardi 3 août, Pau Gasol a annoncé sa retraite internationale avec la Roja. Au Japon, il vivait ses cinquièmes JO.

Publicité

« C'est mon dernier match avec l'Espagne, nous verrons si c'est le dernier de ma carrière. Merci à tous d'avoir toujours été là. Du fond du cœur ». Après la défaite de la sélection espagnole en quarts de finale contre les États-Unis, l'heure était à l'émotion pour son légendaire pivot Pau Gasol. Les Américains, triples champions olympiques en titre, et leurs stars de NBA ont écarté sans ménagement l'Espagne (95-81) pour se qualifier pour les demi-finales. Comme en finale à Pékin en 2008, puis à Londres en 2012, la Roja a subi la loi des États-Unis.

Trois médailles aux Jeux

« Cette élimination ne va pas ternir 20 années merveilleuses et la possibilité d'avoir pu venir ici », promet Pau Gasol, qui, à 41 ans, participait à ses cinquièmes JO. Avec la Roja, le joueur du FC Barcelone a glané trois médailles aux Jeux, deux d'argent et une de bronze. Face à Team USA, il a peu été mis à contribution, jouant six minutes sans marquer de point. Tout comme son frère Marc, muet en dix minutes de présence et qui a également confirmé après le match qu'il ne continuera pas à porter le maillot de la sélection.

 « Dans le sport, on ne peut jamais savoir. Surtout quand vous rencontrez une équipe comme les États-Unis... Je suis reconnaissant à tout le monde d'avoir pu participer à ces Jeux olympiques », dit l’ancien joueur des Lakers de Los Angeles, revenu à temps d'une blessure à un pied l'ayant écarté deux ans des parquets. « Vous pouvez vraiment tout surmonter si vous y mettez votre esprit et votre cœur. Le simple fait que j'ai pu revenir, jouer et être compétitif a été une grande réussite. Maintenant, je vais devoir parler à ma famille et voir si cela vaut la peine de continuer à jouer en club ou de trouver d'autres objectifs dans la vie », conclut le vainqueur de deux finales NBA.

Les Américains, rude concurrence

En s'imposant avec la manière face aux champions du monde en titre espagnols, que beaucoup voyaient armés pour prendre une belle revanche et frapper un grand coup à Tokyo, les Américains ont rappelé à la concurrence prête à les défier qu'ils demeuraient les favoris de ce tournoi. Le grand artisan de leur victoire s'est nommé, sans surprise, Kevin Durant, auteur de 29 points (4 passes, 2 interceptions) qui a livré un superbe duel de scoreurs à distance avec Ricky Rubio, formidable machine à marquer (38 pts, à 13/20) qui a longtemps maintenu l'Espagne à flot.

Avec cette victoire, les Américains se sont évidemment évités une énorme désillusion. Surtout, ils ont renforcé leur capital confiance, mis à mal par leur défait face à la France en ouverture du tournoi et une préparation empoisonnée par le Covid (Bradley Beal, testé positif, forfait), sans compter l'arrivée tardive de Khris Middleton, Jrue Holiday et Devin Booker après la finale de NBA.

Pour l'Espagne, championne du monde en titre, la déception de ne plus être en position de rapporter une médaille est forcément grande. Elle paye chèrement son faux-pas en phase de groupe contre la Slovénie, qui l'a envoyée tout droit vers l'ogre USA. Cette sortie prématurée sonne donc la fin de la carrière internationale de l'immense Pau Gasol, qui rêvait d'or pour sa cinquième olympiade.

Avec AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail