Accéder au contenu principal
RFI TALENT

Electro Bamako : Version 3.0

Nouvel album d'Electro Bamako, Sortie le 04 mars
Nouvel album d'Electro Bamako, Sortie le 04 mars
Texte par : Manar Al Mouadmani
5 mn

Deux ans après la sortie de leur album éponyme, Electro Bamako est de retour. Composé de Paul Sidibé, Marc Minelli et Damien Traïni, ce trio propose une étonnante rencontre entre la terre africaine et l’électricité new-yorkaise. Un nouveau disque qui plaira autant aux amateurs d’électro qu’aux publics des maquis. Ils sont en concert au Tamanoir à Gennevilliers vendredi 6 mars.

Publicité

Electro Bamako est un concept fondé sur des rencontres. Celles qu’a faites Marc Minelli : ce touche-à-tout français prend dans chaque style musical ce qui lui plaît, se base sur les voyages et les découvertes locales. C’est ainsi après plusieurs virées au Mali, qu’est née l’idée de mélanger tradition malienne et modernité électronique. Ce projet relève d’une succession de coïncidences et d’accidents heureux, le croisement entre deux univers musicaux qui n’ont a priori rien à voir et qui pourtant se mêlent très bien. « Electro Bamako est un truc complètement instinctif, c’est du rock’n’roll ».

Paul Sidibé est la voix principale de ce nouvel opus, tout en jouant du kamélé n’goni. Ce musicien de talent sait lui aussi innover et fusionner les sons, en alliant des sonorités modernes à cet instrument traditionnel. Damien Traïni, percussionniste très imprégné de la culture mandingue, qui parle couramment le bambara (l’une des langues vernaculaires majeures au Mali) et affectionne musiques et danses ancestrales.

Marc Minelli, Damien Traini et Paul Sidibé
Marc Minelli, Damien Traini et Paul Sidibé © www.galoubet.fr

Les paroles (en bambara) portent à chaque fois sur des choses simples, des sentiments et grands sujets qui tiennent en un mot : la fierté, l’amour… Le premier titre dont le clip vient de sortir, Demebaga Express parle de soutien. La philosophie de l’histoire étant que sans soutien, on a beaucoup de mal dans la vie. "Soutenez-nous!"

 

Pour le volume 1 avec la diva Mamani Keïta paru en 2002, le succès fut au rendez-vous et les critiques élogieuses. « Plein de rêves de gosse se sont réalisés ». Comme notamment des concerts prestigieux dans le monde, tels qu’au Summer Festival à Central Park à New York en 2003. Tout s’est fait de manière très instinctive et le projet a rapidement fonctionné.

Le deuxième opus naît de la collaboration avec plusieurs autres artistes maliens : Bako Dagnon, Sayon Sidibé, Mariam Doumbia… Marc Minelli est parti plusieurs fois au Mali, un petit enregistreur sur lui : il prenait ce que les gens avaient à lui donner et le remixait après.
« Finalement, ce n’est pas l’endroit qui compte, ce sont les individus qui sont importants ». Si Electro Bamako était auparavant une histoire de collaborations et d’inspirations, pour ce nouvel album on peut parler de trio, d’un vrai groupe.

Marc Minelli cherche ce qu’il y a de bien un peu partout, gage de qualité de sa musicalité. S’il s’inspire des personnes qu’il rencontre, le « manitou » puise aussi dans chaque registre musical qu’il affectionne (rock, jazz, reggae…) pour en tirer le meilleur et faire des mélanges surprenants mais efficaces. C’est un aventurier qui se bat contre les petites cases dans lesquelles on essaye d’enfermer les gens. Il aime la musique en général et recherche la fusion des bonnes choses. « C’est tellement bien quand on a quelque chose qui puise un peu à droite à gauche et que le cocktail est intéressant.»

Marc aime cette liberté de choix dans les sons et styles qu’il souhaite associer, des sentiments qu’il tente d’exprimer, du message qu’il veut faire passer. Electro Bamako est un projet pour lequel il se bat car à travers l’énergie malienne et l’électricité sonore, il transmet des ondes positives et des valeurs fortes. Un message sans aucune prétention politique, en tout cas sans lien avec les évènements dramatiques que connaît actuellement le Mali, d’autant que l’album a été enregistré bien avant.

L’énergie qui se dégage de cet Electro Bamako version 2013 fera danser tant les amateurs de musique africaine que d’électro ! Bref, ça va bouger aussi bien dans les clubs branchés que dans la brousse…

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.