Accéder au contenu principal
RFI TALENT

Majid Bekkas, le passeur

Al Qantara de Majid Bekkas
Al Qantara de Majid Bekkas
Texte par : Daniel Lieuze
3 mn

Coup de cœur de l’Académie Charles Cros 2015, l’album “Al qantara“ du musicien marocain est un pont entre les cultures orientales et occidentales. Blues, jazz, rythmes gnaoua… Majid Bekkas explore différents univers sonores. Des répertoires portés par le guembri, instrument ancestral des descendants d’esclaves.

Publicité

En 1974, Majid Bekkas achète son premier guembri (instrument à cordes pincées des Gnawa (Guinéens en arabe). Il rêve de reconnaissance internationale pour la musique gnaoui. Quarante ans plus tard, le maître est devenu l’ambassadeur de "l’African Gnaoua Blues" et nous livre “Al qantara“, un album magistral.
Carrefour des civilisations, le Maroc de Majid Bekkas est ce territoire riche, porteur
de traditions et de cultures. Avec cet opus, il démontre à quel point son pays, par sa positiongéographique à la croisée des chemins, a eu une influence sur l’Histoire de l’Afrique, de l’Orient et de l’Occident. Une véritable passerelle culturelle. Ce pont en Arabe s’écrit “Al qantara“.

Prix de l'Académie Charles Cros
S.Mansouri

Créateur et brasseur de genres (jazz, blues, soul..), après avoir partagé la scène avec nombre de musiciens virtuoses - Archie Shepp, Louis Sclavis, Joachim Kühn, Klaus Doldinger... - ce magicien des rencontres revient aujourd’hui à une formule en trio. Son but : retrouver l’authenticité qui a fait le succès de « l’African Gnaoua Blues».

Fruit d’une longue collaboration, l’Afro-oriental Jazz Trio est composé du percussionniste marocain Khalid Kouhen et du saxophoniste flûtiste belge Manuel Hermia. “Ils sont comme moi, marqués par l’Inde et l’Afrique, l’Orient et l’Occident. Une réelle complicité s’est installée entre nous trois.“

Luth et guembri, tabla et bansuri (grande flûte traversière indienne), sax et clarinette, autant d’instruments pour nous conter l’histoire des diasporas musicales. La reprise du titre «Guinea» de Don cherry (trompettiste américain célébrissime mort en 1995) montre à quel point l’Afrique a apporté au Jazz. Le morceau «Al qantara» retrace, quant à lui, la belle époque des Arabes en Andalousie. Enfin, le titre «Sidi Ali Ben Hamdouch» rappelle les échanges commerciaux et culturels sur la route de la soie. Bref, cette passerelle construite par Majid Bekkas, nous incite à traverser aussi bien la méditerranée que l’Atlantique…
 

Tournée prévue en Europe en 2016, plus d'infos sur : http://majidbekkas.com/

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.