Internet

Japon: des discussions confidentielles publiées par erreur sur Internet

Des discussions confidentielles entre fonctionnaires japonais et des documents internes ont été dévoilés à tous les internautes suite à une erreur de paramétrage de Google
Des discussions confidentielles entre fonctionnaires japonais et des documents internes ont été dévoilés à tous les internautes suite à une erreur de paramétrage de Google Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plusieurs ministères ou agences gouvernementales nippones ont partagé discussions confidentielles et documents internes par erreur sur Internet. Une bourde due à un défaut de réglage des paramètres du service de discussion Google Groupes, laissant ainsi les échanges des fonctionnaires japonais à la vue de tous.

Publicité

Un mauvais réglage peut avoir des conséquences gênantes sur Internet. Les fonctionnaires nippons peuvent en témoigner. Des discussions confidentielles entre fonctionnaires japonais, issus de différents ministères ou agences gouvernementales, et des documents internes ont ainsi été dévoilés à tous les internautes suite à une erreur de paramétrage de Google Groupes, le service de groupe de discussion en ligne proposé par le géant américain de l’Internet.

En oubliant de restreindre le droit d’accès aux groupes de discussion, des responsables du ministère de l’Environnement ont utilisé les paramètres par défaut, autorisant tout un chacun à lire le contenu des échanges. Ce partage public involontaire a mis à la portée de tous des données relatives aux négociations d’un accord international sur le commerce du mercure, prévu pour l’automne 2013, et les échanges du ministère avec ses partenaires suisses et norvégiens.

De nombreux cas similaires

Les documents de travail étaient loin d’être « top secret », mais leur publication aurait du être évitée, selon un porte-parole du ministère de l’Environnement. « Il est problématique que ces débats autour des négociations aient pu être consultés par des personnes extérieures. Nous avons pris des mesures pour y remédier », a-t-il confié à l’AFP.

Ce n’est pas la première fois que les utilisateurs de Google Groupes se font surprendre. Le quotidien japonais Yomiuri Shimbun a observé un grand nombre de cas où des informations émanant de diverses organisations publiques et privées, dont des bulletins de santé de patients d’hôpitaux, ont été rendues accessibles à tous. Et le titre nippon ne fait pas exception. Le journal a reconnu que des versions provisoires d’articles et des transcriptions complètes d’interview s’étaient retrouvées sur la place publique, certains journalistes ayant négligé le réglage du système de discussion.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail