Accéder au contenu principal
Internet

«Casse-toi pov’ troll !»

Ne nourissez-pas les trolls ! Ils peuvent devenir pénibles...
Ne nourissez-pas les trolls ! Ils peuvent devenir pénibles... DR

C’est souvent en bas des articles, dans la zone des commentaires, que les trolls sévissent le plus. Les trolls : une dénomination pour désigner les internautes qui s’amusent sadiquement à pourrir les conversations, à chercher la bagarre verbale. C’est devenu un terme dans la vie courante et les études sociologiques tentent de décrire les contours du troll…

Publicité

Troll ? En Scandinavie, ce terme désigne des créatures monstrueuses peu amicales, voire agressives. Mais depuis quelques années sur internet, troll est utilisé pour qualifier quelqu’un qui tente de polémiquer lors d’une discussion. C’est même devenu un adjectif ou un verbe dans la vie courante et les gens (les jeunes ?) se traitent de troll, s’invectivent sur le ton « arrête de troller » quand une polémique monte, qu’une conversation s’envenime…

Les trolls veulent juste s’amuser

Des études ont tenté de dresser le profil psychologique de ces individus appelés trolls, qui polluent les conversations sur les réseaux sociaux. De nouveaux signaux d’avertissement humoristiques ont même vu le jour, en guise de bon comportement sur la Toile, comme : « ne nourrissez pas les trolls » (n’alimentez pas leur conversation). L’unique parade, la solution extrême, serait de fermer les articles à tout commentaire… Car il est très facile de se laisser embarquer dans l’étonnant débit du troll. Selon une récente étude intitulée Trolls just want to have fun (« Les trolls veulent juste s’amuser »), on apprend que les trolls se comportent « de façon trompeuse, destructrice ou perturbatrice dans le cadre social du Net, sans raisons intéressées apparentes ». Pour résumer le propos, les attaques des trolls, qui sont comme des « agents du chaos » à tendance sadique, sont gratuites … Un troll serait comme un joueur de ping-pong qui, au cours d’un échange, lancerait soudainement d’autres balles sur la table, réglerait à sa guise la hauteur du filet et contesterait le moindre résultat (au minimum)…

Le troll : « manifestation du sadisme sur internet »

Mais alors, pourquoi en parler s’il est si néfaste ? Il faut savoir les reconnaître, car ils sont de plus en plus nombreux et il serait bon d’éviter d’en devenir un. On serait toujours le troll d’un autre et parfois troll malgré nous. Dénicher les purs trolls ? C’est facile, ils sont là en bas dans les commentaires d’un article, à poser des questions insidieuses, ils sont aussi à chercher le conflit pour un tweet anodin ou informatif… Mais pourquoi internet en particulier ? Parce que c’est un espace fabuleux pour se déchaîner, nous explique cette étude en argumentant : « Le troll est une manifestation du sadisme dans la vie de tous les jours sur internet. Les sadiques veulent juste s'amuser et internet est un formidable terrain de jeu. » Un troll serait comme l’eau qui sort du robinet, vous avez tourné pour obtenir du froid, ça devient chaud, puis pétillant, puis froid, glacial et c’est aussi parfois sucré comme un soda…

Un troll ? « Oui ! Mais non...»

Mais en exerçant son pouvoir de dénigrement, le troll ne fait-il pas aussi avancer le débat ? C’est la cause plaidée par certains pro-trolls qui souhaitent en quelque sorte les nourrir et les laisser prendre part à la conversation malgré leur ton venimeux. Souvent les commentaires sont pertinents, importants et n’ont rien à voir avec le ton habituel des trolls. « Le troll est le négatif dialectique, assurait le sociologue Antonio Casilli à Télérama. Celui qui met les pieds dans le plat, casse les codes, conteste l'autorité. Son intervention est capitale dans le processus social. Il produit du débat et enrichit in fine la qualité du web. »  Un troll serait ainsi comme cette petite fonction dans le cerveau qui nous fait dire : « Oui ! Mais non...»

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.