Accéder au contenu principal
Réseaux Sociaux

Happn: l’extension du domaine de la drague

Géolocalisé et dans l'instant, les arguments d'Happn.
Géolocalisé et dans l'instant, les arguments d'Happn. @Happn
4 min

Internet est un domaine constant d'innovations même dans les secteurs les plus classiques comme celui de la rencontre amoureuse. A base de géolocalisation et d'instantanéité, une application française rivalise avec les grandes Américaines comme Tinder. De nouveaux comportements à venir ?

Publicité

Une maline application française fait parler d’elle en ce moment : Happn (let’s make it happen). Spécialisée dans la rencontre, Happn approche le million d’utilisateurs et, comme nous l’a expliqué son fondateur Didier Rappaport (ancien de chez Dailymotion), elle améliore l’expérience grâce à la géolocalisation. « L’idée de cette application de dating, c’est la géolocalisation, qui peut amener beaucoup de choses si c’est utilisé de manière intelligente et à bon escient. On a ainsi constaté un écart trop important entre l’idée de la rencontre dans le virtuel et la réalité du dating. C’est aussi consommateur de temps. » Alors qu’apporte Happn ? « Cela permet d'ancrer la rencontre dans la réalité. Notre produit se rapproche de ce qu’est la rencontre dans la réalité : les gens autour de soi et maintenant. Dans la rue, le métro, au travail ou durant les loisirs. »

De gauche (Non) à droite (Oui !)

 

@Happn

Ils sont nombreux sur Internet à s’intéresser à nos vies amoureuses. Quand un Meetic surfait laborieusement durant les débuts du Web avec des cases à cocher ambiance fichier Excel (un peu comme si on errait à l’aveugle dans un supermarché de l’amour) ; c’est la mobilité intelligente qui prime dorénavant et les usages des réseaux sociaux. L’application Tinder, sur un modèle singulièrement proche du trombinoscope à l’origine de Facebook, déroule sous nos yeux des visages comme des cartes à jouer qu’on balaie de gauche (Non) à droite (Oui !) pour signifier ses choix… La personne en face peut ne jamais être au courant de nos intentions. Elle le sera uniquement si elle a balayé également votre carte à droite. C’est du hasard, la partie de poker menteur a commencé…

« Enregistrer les points de croisement entre êtres humains »

Didier Rappaport  explique : « Tinder était le premier à casser les codes de la rencontre avec son jeu d’effacement et de choix. Mais Tinder n’est pas si géolocalisé que cela et pas dans l’instant. Nous, ce sont des gens que vous avez vraiment croisés, et maintenant ! » En gros c’est votre téléphone qui fait le boulot pour vous ? « Il enregistre les points de croisement entre êtres humains. On est une application de grandes villes, on apprend qu’on s’est croisés mais sans trop d’explications. On ne souhaite pas forcément détailler plus. Il y a un aspect de filtre rassurant hors du virtuel avec cette communauté temporelle et spatiale. »

L’extension de votre carnet de bal Facebook

Happn n’est bien sûr pas la seule application. Il en sort presque tous les jours, nous expliquait un contact dans la Silicon Valley. Hinge ainsi dernièrement joue sur l’extension de votre carnet de bal Facebook à plusieurs degrés de séparation (en gros il va chercher chez les amis de nos amis Facebook, si jamais ?) Cela marche surtout aux Etats-Unis pour l’instant. Ambiance geek tout seul dans sa chambre. Ethan, c’est son prénom, a réalisé le buzz en se créant un whatsapp personnel. Une application dont il était le seul à pouvoir envoyer ou recevoir des messages. Cela a tellement séduit qu’ils ont tous voulu se créer la même. Comme quoi…

Facebook le suspect habituel comme dans Casablanca ou pousse-au-crime ?
Facebook le suspect habituel comme dans Casablanca ou pousse-au-crime ? DR

 
Pour Happn, « l’application marche dans tous les pays, mais on l’a lancée (en terme marketing et expérience utilisateur) à Londres, Berlin, Madrid, Barcelone, Paris et New York. Notre objectif est de devenir leader global dans toutes les grandes capitales. » Happn est pour ainsi dire en mode freemium. C'est-à-dire que c’est gratuit pour tout le monde, mais dès qu’on veut envoyer des charmes (une option supplémentaire qui permet de se signaler à la personne qui vous plait) cela devient payant. « De 12 et 18 centimes le poke… »
 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.