Bourget

Depuis Chury, Philae tente de percer le secret des comètes

Philae, le robot laboratoire, s'est posé sur la comète Tchouri en novembre 2014
Philae, le robot laboratoire, s'est posé sur la comète Tchouri en novembre 2014 ESA/ATG medialab

Les scientifiques qui étudient la comète Chury grâce à la sonde Rosetta qui tourne autour se frottent les mains. Car Philae, le petit robot-laboratoire qui s'était posé dessus en novembre dernier, s'est réveillé après plus de sept mois de sommeil. D'ores et déjà, les données recueillies bouleversent nos idées reçues sur les comètes.

Publicité

Pendant toute la durée du sommeil de Philae, les équipes de l'agence spatiale européenne n'ont pas chômé et ont analysé une grande partie des données que la sonde Rosetta, en orbite autour de la comète Chury, et Philae, le petit robot posé dessus, leur ont envoyées. Des données qui changent radicalement la perception que l'on avait des comètes.

Oubliez l'image d'une grosse boule de glace sale dans l'espace. Cette représentation des comètes fait désormais partie du passé. Grâce aux données recueillies, on se rend compte qu'il s'agit d'objets bien plus compliqués que cela. « C’est une structure beaucoup plus complexe, précise Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique de Philae. Le matériau est extraordinairement poreux, et surtout, où que ce soit, à quelque échelle on regarde, on trouve ce matériau carboné dominant à la surface. »

Eléments nécessaires à la vie

Ce matériau carboné, c'est ce qui constitue, selon la théorie, les éléments nécessaires à la vie. Mais de là à dire que les comètes ont apporté tout ça sur Terre, comme le veut aussi la théorie, il y a encore du chemin et cela va nécessiter de nouvelles analyses de Philae. Il va donc désormais falloir consolider son lien de communication avec Rosetta.

« Pour Philae, plus on est près de la comète, mieux c’est pour la communication, explique Elsa Montagnon, une de ses responsables de vol. Pour Rosetta, plus on s’éloigne, mieux c’est. Mais ces compromis-là, on les fait avec les scientifiques depuis le début de la mission. » Car plus Chury se dirige vers le soleil, plus elle est active, et plus il est dangereux de s'en approcher. La comète devrait d'ailleurs connaître son pic d'activité au mois d'aout prochain.

→ À (RE)LIRE : Comète «Chury»: le robot Philæ envoie ses premières images

La première image de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko (Chury) prise par Philae, diffusée le jeudi 13 novembre 2014.
La première image de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko (Chury) prise par Philae, diffusée le jeudi 13 novembre 2014. ESA

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail