Accéder au contenu principal
Internet

Telegram, l’application intraçable du Russe Pavel Dourov

L'application de messagerie cryptée Telegram a été créée par des Russes et est prisée pour sa confidentialité.
L'application de messagerie cryptée Telegram a été créée par des Russes et est prisée pour sa confidentialité. Chris Ratcliffe/Bloomberg via Getty Images

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les réseaux sociaux sont considérés comme des sources d’informations privilégiées pour les Etats. Ces derniers mois, une application téléphonique a été identifiée comme un moyen de communication prisé de ces nébuleuses jihadistes : l’application Telegram, créée en 2013 par le Russe Pavel Dourov.

Publicité

De notre correspondant à Moscou,

Telegram est un service de messagerie instantanée. Son principal concurrent : WhatsApp. Les fonctionnalités sont plus ou moins les mêmes, sauf que Telegram a fait de la protection des communications son argument de vente n°1. Les messages envoyés sont chiffrés, et personne d’autre ne peut les lire autre que l’expéditeur et le destinataire.

Les groupes de conversation peuvent contenir jusqu’à 5 000 participants. Une autre fonction permet aux messages de s’autodétruire après avoir été lus par le destinataire. Telegram, c’est 10 milliards de messages par jour. Pas de quoi faciliter le travail des services antiterroristes. L’application, qui a été pointée du doigt, dit avoir bloqué des dizaines de comptes liés au groupe Etat islamique.

Telegram hors de portée des Etats

Telegram n’a pas l’obligation de fournir aux Etats des informations. Car officiellement, ce genre de messagerie n’est pas enregistré comme opérateur électronique. La protection des données personnelles, c’est l’obsession de son créateur, Pavel Dourov,  qui a conçu l'application avec son frère mathématicien, Nikolaï. Avant Telegram, Pavel Dourov avait fondé en 2006 Vkontakte, l’équivalent russophone de Facebook. Et lorsque les services russes de renseignement lui avaient demandé des informations des manifestants hostiles au président Poutine, Dourov avait refusé. Il a ensuite quitté le pays.

Dourov est un libertarien cosmopolite revendiqué et il a tout fait pour que Telegram échappe au contrôle des Etats, aussi bien sur le plan judiciaire que fiscal. Car l'objectif de Pavel Dourov est aussi de payer le moins d'impôts possible. Les serveurs qui permettent à l’application de fonctionner sont difficiles à localiser, tout comme le lieu de travail de l’équipe. Juridiquement, il est difficile de s’y trouver : Telegram existe à travers différentes sociétés dans différents pays qui appliquent différentes législations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.