Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Dans la peau d’un migrant en réalité virtuelle avec «Quand je suis parti…»

Images extraites du programme de réalité virtuelle «Quand je suis parti...» narrant le parcours d'un migrant traversant la Méditerranée.
Images extraites du programme de réalité virtuelle «Quand je suis parti...» narrant le parcours d'un migrant traversant la Méditerranée. Smart VR

Les technologies de réalité virtuelle nous offrent dorénavant de visiter des univers en 3D de plus en plus performant. Après le jeu vidéo, des studios travaillent sur des programmes immersifs qui puisent avoir de l’impact sur les gens. SmartVR propose de vivre dans la peau d’un migrant traversant, au péril de sa vie, la Méditerranée.

Publicité

Le bateau Ocean Viking, successeur de l'Aquarius, vient d’entamer sa première mission de sauvetage au large de la Libye. Pendant ce temps, les campagnes de sensibilisations sur la Toile concernant le sort funeste qui attend la plupart des migrants en mer, peinent toujours à toucher l’opinion publique. C’est la raison pour laquelle, le studio parisien smartVR, spécialisé dans la conception de programmes de réalité virtuelle et augmentée a conçu Quand je suis parti…. Cette installation interactive vous téléporte à l’aide d’un casque immersif  dans la peau d’un migrant perdu en Méditerranée.

De la VR impactante

L’objectif du programme est de « réveiller notre sens de l’empathie », nous explique Sarah Tirmarche, cofondatrice du studio smartVR. « On est sur de la réalité virtuelle interactive. Vous allez vraiment être acteur de cette situation et de ce qu’il se passe. On s’est inspiré d’images extrêmement réelles. On a travaillé sur l’expérience de réfugiés qui ont fait cette traversée pour écrire ce scénario. Vous êtes sur le bord des côtes turques et vous partez vers la Grèce. C’est à vous de redémarrer ce moteur qui est défaillant plusieurs fois. »

Cette volonté d’avoir un pôle consacré à ce genre de programme VR impactant, le studio l’avait depuis longtemps : « Depuis le début du studio, on a voulu monter un pôle de réalité virtuelle dédié à l’impact social, au service de grande cause en étant convaincu que l’empathie est l’une des qualités indispensables qu’il faut cultiver chez tout le monde aujourd’hui pour devenir des acteurs de changement. »

Pour l’instant, la plupart des dispositifs de « réalité virtuelle et augmentée » fonctionnent hors connexion et à travers des installations techniques assez complexes. Ils nécessitent, par ailleurs, l’usage de casques immersifs coûteux et encombrants, eux-mêmes, reliés à de puissants ordinateurs. Mais ces systèmes préfigurent ce que sera la communication et certainement les média de demain ! Des réseaux numériques à travers lesquels notre double numérique partagera les joies ou la détresse de notre prochain, nous permettant ainsi de lui porter assistance, quand il est dans le besoin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.