Accéder au contenu principal

Les GAFA affichent une santé de fer en pleine pandémie

Seul Apple est en recul, avec un chiffre d'affaires en hausse de seulement 1% sur un an.
Seul Apple est en recul, avec un chiffre d'affaires en hausse de seulement 1% sur un an. DENIS CHARLET / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Amazon, Alphabet (Google) et Facebook ont de nouveau dégagé des profits flamboyants pendant le trimestre écoulé, malgré les pressions politiques et la pandémie de Covid-19

Publicité

La pandémie a dopé l’activité des GAFA. Pour preuve, Amazon, le leader du commerce en ligne, a vu en un an ses revenus exploser de 37% pour atteindre 96 milliards de dollars au troisième trimestre.

Idem pour les deux géants de la publicité numérique Facebook et Google. Ce dernier a engrangé un chiffre d’affaires d’un peu plus de 46 milliards de dollars, soit une hausse de 14%, pour un bénéfice de plus de 11 milliards sur un an.

Quant à Facebook, qui détient également, Instagram, Messenger et WhatsApp, le groupe dégage un bénéfice net de près de 8 milliards de dollars et ce malgré le boycott cet été de plus de 400 annonceurs en désaccord avec la modération des contenus sur ses réseaux sociaux.

Seul Apple est en recul. Sur un an, son chiffre d’affaires n’a augmenté que de 1% en raison d’une baisse de 20% de ses ventes d’iPhones, et d’un effondrement de ses ventes sur le marché chinois.

Au coeur des critiques

Les bons résultats des GAFA montrent qu’ils sont peu sensibles aux critiques des politiques. Mais le vent pourrait tourner. Les quatre sociétés affrontent des enjeux de taille. Toutes sont accusées par les autorités de la concurrence d'abus de position dominante sur leurs marchés respectifs, des réseaux sociaux aux plateformes de vente en ligne.

Le ministère de la Justice et 11 États américains viennent d'ailleurs de lancer des poursuites contre Google, et des enquêtes sont en cours contre ses voisins.

Mercredi, les patrons des réseaux sociaux dominants, Facebook, Twitter et Google (YouTube) ont fait face à des sénateurs américains en colère contre le pouvoir des plateformes et leur influence dans le débat public, à quelques jours de la présidentielle américaine.

 ► À écouter aussi : L'hégémonie des GAFAM est-elle menacée?

Les coups ont plu sur les dirigeants californiens, accusés aussi bien de « censure » par la droite que de laxisme par la gauche, en termes de modération des contenus.

Ce sujet déchaîne les passions dans le contexte de tensions politiques actuelles, des mouvements Black Lives Matter (« les vies noires comptent ») aux nombreuses controverses sur la désinformation et les propos régulièrement incendiaires de Donald Trump en ligne.

Mais pour l'instant, la colère des élus et de nombreuses ONG ne s'est pas traduite en revers économiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.