Accéder au contenu principal
Témoignages audio

Mémoires de tirailleurs

Texte par : RFI Suivre
5 mn

La Commission «Parole Enregistrée» de l'Académie Charles Cros a décerné le 9 juin son «Coup de Cœur» : au coffret "Mémoires de Tirailleurs", coédité par RFI, l’Ina et Frémeaux & Associés. Ce coffret constitue une oeuvre collective des sociétés radiophoniques françaises et des radios publiques africaines, avec le soutien du ministère français de la Défense. 

Publicité

L’aventure des anciens combattants d’Afrique subsaharienne, ceux que l’on a appelé les « tirailleurs sénégalais », engagés par dizaines de milliers aux côtés de la France tout au long des grands conflits du XXe siècle, fait partie de la mémoire commune partagée par l’Afrique noire et la France. Cette longue page d’histoire a laissé, entre fierté et rancœur, glorification et oubli, des traces profondes qui, bien sûr, vont très au-delà d’un «solde de tout compte» : on fait référence ici à la question controversée des pensions dues aux anciens combattants par l’ancienne métropole. Si celle-ci a nourri de temps à autre l’actualité, elle a aussi servi, derrière le débat administratif et politique, à oblitérer la dimension mémorielle et ses implications.

Chacun a pu constater toutefois comment l’évocation des « Africains morts pour la France » a resurgi ces dernières années avec une multiplication d’initiatives – certaines officielles – tendant à commémorer en France le rôle des anciens combattants d’Afrique. Citons notamment l’hommage rendu en 2004 par Jacques Chirac aux soldats du débarquement en Provence; ou le film Indigènes dont la projection, en 2006, a contribué à une prise de conscience; mais aussi nombre de films, colloques, livres, expositions  et prises de paroles qui ont montré combien la question était redevenue actuelle. 

Des tirailleurs peu entendus

© Ophélie Rillon

Même constat en Afrique, où en dépit des hommages officiels, l’occultation d’un moment de l’histoire vu comme un épisode parmi d’autres de la colonisation semble avoir été générale, nourrissant d’ailleurs chez les tirailleurs survivants un sentiment d’abandon. C’est ce dont témoignait, en instituant une Journée du Tirailleur, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, affirmant en 2008 vouloir « consacrer mon autorité et mes convictions, à la restauration de l’image des Tirailleurs sénégalais », dont il déplore que l’Afrique indépendante ne leur ait pas réservé un meilleur traitement, « à la mesure du rôle qu’ils ont joué ».

Parmi une telle convergence d’initiatives, on pouvait faire cependant un constat : les tirailleurs restent souvent les grands absents de cet effort d’évocation. Certes, ils ont été beaucoup photographiés, filmés, et l’on citera en particulier l’énorme travail effectué par le réalisateur Eric Deroo. Mais leur parole est peu entendue et l’on ne dispose finalement – à une époque où les sources audiovisuelles sont vastes – que de maigres entretiens enregistrés. Or, le nombre de témoins survivants à la grande geste des tirailleurs va toujours en diminuant.

Les anciens combattants de la Grande Guerre ont tous disparu avec le décès, en 1998, du dernier d’entre eux, Abdoulaye Ndiaye (à 104 ans) ; ceux de la Seconde Guerre ne sont plus si nombreux; restent les combattants des conflits d’Indochine et des opérations de la décolonisation.

Mobilisation

Il y avait donc urgence en la matière. La tâche pour RFI a consisté à inventorier tout d’abord les témoignages existants dans les archives radiophoniques françaises : grâce aux sonothèques de RFI et de l’INA (Institut national de l’audiovisuel), on dispose de documents de grand intérêt, portant notamment sur les deux grandes guerres. Ce patrimoine pouvait-il être complété par des entretiens recueillis auprès des radios publiques africaines ?

En l’absence d’archives significatives, il fallait envisager pour celles-ci de mener une campagne de collecte, et plusieurs de nos consœurs d’Afrique, à la mesure de leurs moyens, ont accompagnés RFI dans cette initiative. Avec l’espoir que cette collaboration inédite puisse servir d’exemple, pour un travail de collecte qui reste sans doute  à systématiser.

Le triple CD, proposé au public courant 2010 par RFI est donc le fruit d’une importante mobilisation. En donnant la parole aux tirailleurs, en recueillant témoignages et documents personnels et en les livrant au public, Radio France Internationale et ses partenaires souhaitent rendre hommage à ces acteurs peu reconnus de l’histoire, et contribuer à la constitution d’un fonds d’archives sonores sur une période cruciale.

Mémoires de tirailleurs : les anciens combattants d'Afrique noire racontent, une production RFI avec l'INA et les radios publiques africaines, avec le soutien de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA - ministère français de la Défense).

Commercialisation : mai 2010

FABRICATION & DISTRIBUTION : FRÉMEAUX & ASSOCIÉS, 20 RUE ROBERT GIRAUDINEAU 94300 VINCENNES, FRANCE

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.