Accéder au contenu principal
Tirailleurs sénégalais

«La France aux cent millions d’hommes»

Une vendangeuse offrant du raisin à un blessé sénégalais en 1914.
Une vendangeuse offrant du raisin à un blessé sénégalais en 1914. DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au-delà des images de la propagande, de comportements qualifiés parfois de « paternalistes » et malgré un désintérêt évident pour la question coloniale, force est de constater que la population française découvre durant la Grande Guerre ces soldats et ces ouvriers venus si nombreux d’au-delà des mers.

Publicité

Lors des campagnes de recrutement, on avait usé du slogan : « En versant le même sang, vous gagnerez les mêmes droits », et nombre de tirailleurs pensent que leur sacrifice leur vaudra le statut de citoyens français. En fait, l’État ne tenant pas cette promesse fait naître un malaise confinant au ressentiment chez beaucoup d’anciens combattants.

Pourtant, au front, leur bravoure militaire est consacrée et la fraternité d’armes vécue comme une réalité. Et à l’arrière, si quelque esprit chagrin stigmatise les « attendrissements regrettables » de la gent féminine pour les héros militaires, soldats de l’Empire, il n’en reste pas moins vrai que les mentalités commencent à évoluer. Cette connaissance mutuelle n'est sans ambiguïté ni sans conséquence en contribuant à forger le concept de « la France aux cent millions d’hommes ».

 

Article rédigé en 2010 à l'occasion d'un dossier sur les tirailleurs dans les deux guerres mondiales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.