Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: le chômage recule en France

Audio 06:40
Un bureau de Pôle emploi.
Un bureau de Pôle emploi. REUTERS/Charles Platiau

Publicité

« Un peu d’air pour le gouvernement ?, s’interroge Libération. Alors qu’il peine toujours à convaincre les Français du bien-fondé de sa réforme des retraites, les chiffres du chômage pour l’ensemble de l’année 2019 rendus publics hier apporteront un peu de biscuit à la défense de sa politique économique. Avec 120 700 demandeurs d’emploi sans activité en moins (-3,3 %) recensés par Pôle Emploi, la France vient d’enregistrer la plus forte baisse du chômage depuis la crise financière de 2008. »

Les Echos précisent : « même si les deux sources diffèrent dans leur méthodologie, les chiffres de Pôle emploi évoluent en cohérence avec le taux de chômage mesuré par l’Insee au sens du Bureau international du travail : il est passé de 9,5 % à 8,4 % de la population active sur la période. La baisse est lente, de l'ordre de 0,1 point par trimestre, mais régulière. Si elle se poursuit à ce rythme, l’objectif d’Emmanuel Macron d’atterrir à un taux d’"environ" 7 % à la fin de son quinquennat reste crédible. »

En effet, complète L’Opinion, « à mi-mandat, et au regard des promesses de campagne qu’Emmanuel Macron avait faites, la moitié du chemin a été parcourue. Le tempo est donc le bon et les grandes réformes sociales du début du quinquennat semblent porter leurs fruits : allègement du droit du travail, révision de l’assurance-chômage, revalorisation de l’apprentissage, baisse du coût du travail, le climat s’est éclairci pour devenir davantage "business friendly" (propice aux affaires). »

De quoi chasser les idées noires ?

« Les très bons chiffres du chômage en 2019 sont encourageants, renchérit Le Parisien. Avec une croissance plus forte que l’Allemagne, la France continue à infléchir cette fameuse courbe du chômage qui a fait tant de mal à François Hollande. La route vers le plein-emploi reste encore longue. Un paradoxe quand près de 250  000 jobs ne trouvent pas preneurs. Mais traverser la rue ne suffit pas toujours pour décrocher un CDI, pointe encore Le Parisien. Le manque de qualifications ou l’éloignement géographique pénalisent de nombreux candidats pourtant motivés. Le vaste plan de formation lancé par le gouvernement est l’une des clés pour le retour vers l’activité. Comme l’attractivité de la France décrite par de nombreux décideurs internationaux. » Et Le Parisien de s’interroger : « de quoi chasser les idées noires d’un pays au moral en berne ? »

Pas si sûr, répond La Montagne, « qu’est-ce qui fera foi à l’heure du jugement dernier ? Les fondamentaux économiques au vert ou le ressenti, cet irrationnel que les chiffres indiffèrent ? Que la France aille mieux ne suffit pas à rendre les Français heureux. La politique n’est pas qu’une affaire de rationalité. »

Coronavirus : l’épidémie gagne du terrain…

À la Une également : le coronavirus, « l’épidémie s’étend rapidement en Chine », c’est le grand titre du Monde.

« La question était dans toutes les têtes, pointe le journal : l’alerte sur la dangerosité du nouveau coronavirus de Wuhan, 2019-nCoV, ayant été donnée quatre jours avant le début des vacances du Nouvel An lunaire, et la mise en quarantaine de la ville la veille, combien de Wuhanais avaient déjà quitté la ville ? Le maire de Wuhan a donné la réponse dimanche : 5 millions sont partis, emportant potentiellement avec eux le virus aux quatre coins de la Chine et du monde. Dans toute la Chine, donc, pointe le quotidien du soir, l’inquiétude tourne à la psychose face à l’explosion du nombre de cas. Le temps d’un week-end, le bilan est passé de 688 cas pour 15 décès à près de 2.800 cas pour 80 décès », rapporte Le Monde. Et l’épidémie progresse vite car selon un tout dernier bilan, on est passé à plus de 4 500 personnes contaminées et plus de 100 morts.

« Le taux de mortalité est à peu près constant, autour de 3 %, précise encore le journal, beaucoup moins que celui du syndrome respiratoire aigu sévère (le SRAS), en 2003, qui tuait 10 % des malades. Mais ce nouveau coronavirus est aussi bien plus difficile à détecter : là où les symptômes du SRAS apparaissaient en quelques jours et pouvaient tuer rapidement, le temps d’incubation de ce nouveau virus est de douze jours en moyenne, pendant lesquels les patients peuvent contaminer leurs proches. »

Toutefois, les experts ne sont pas d’accord entre eux… « Selon le professeur Yazdanpanah, de l’hôpital Bichat, à Paris, cité par Libération, la bonne nouvelle serait que la personne n’est contagieuse qu’en période symptomatique et non durant la phase d’incubation. »

Les plus faibles les plus touchés ?

Autre élément quelque peu rassurant : le profil des personnes décédées à cause du virus… « D’après un décompte réalisé sur les 41 premiers morts et rapporté par le Shanghai Observer, pointe Libération, "les patients décédés sont généralement âgés". [... ] Il insiste également sur le fait que dix de ces patients "souffraient de maladies sous-jacentes, dont l’hypertension, le diabète, des maladies coronariennes et le syndrome de Parkinson". Une analyse partagée par l’épidémiologiste Li Lanjuan, membre de l’équipe d’experts de haut niveau convoquée par la Commission nationale de la santé, qui a déclaré jeudi dernier à la presse chinoise que les seniors et les personnes souffrant de maladies chroniques ou ayant un faible niveau d’immunité étaient plus vulnérables au nouveau coronavirus. »

Les étrangers sur le départ

Enfin, « alors que la Chine verrouille les portes de ses villes touchées par l’épidémie due au nouveau coronavirus, le reste du monde cherche à en sortir », c’est ce que relève Le Figaro. « La France a ainsi annoncé que ses ressortissants vivant à Wuhan pourraient être rapatriés. La capitale de la province du Hubei compte environ 800 Français, qui travaillent notamment dans l’industrie automobile. » Les opérations de rapatriement devraient débuter demain.

« D’autres pays se mobilisent pour évacuer leurs ressortissants coincés dans la province du Hubei, précise Le Figaro. Le département d’État américain a annoncé l’arrivée d’un avion charter ce mardi, aux frais des passagers volontaires ; le personnel du consulat à Wuhan sera également évacué. La Corée du Sud travaille à une évacuation par voie aérienne, comme le Japon, le Royaume-Uni, la Russie, l’Espagne ou les Pays-Bas. [...] Le président Xi Jinping a promis à la communauté internationale de tout faire pour endiguer la crise, note encore Le Figaro, s’engageant à travailler avec les capitales étrangères. [...] Les naufragés de Wuhan sont un casse-tête supplémentaire pour un régime sous pression, et soucieux de sauver la face sur le front international. Mais, pointe le journal, le risque que l’épidémie touche un membre de la communauté étrangère serait un lourd coût diplomatique pour la deuxième puissance mondiale. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.