Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une : fin de campagne présidentielle au Togo

Audio 03:51
Un agent électoral tient un bulletin de vote de l'élection présidentielle qui se déroulera le 22 février 2020 au Togo.
Un agent électoral tient un bulletin de vote de l'élection présidentielle qui se déroulera le 22 février 2020 au Togo. PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Publicité

« Ils sont 7 sur la ligne de départ, constate Le Point Afrique. Samedi, les Togolais devront choisir qui parmi 7 candidats (…) dirigera le pays pour cinq ans. Même si les financements publics qui leur étaient destinés ont tardé à arriver, les 7 aspirants à la présidence ont battu campagne dans tout le pays, ces derniers jours, deux ans après une grave crise politique. En 2017 et 2018, une contestation d'ampleur, durement réprimée, avait en effet gagné le Togo, rappelle Le Point Afrique. En 2018, plus de 100 000 personnes avaient marché dans les rues de Lomé. Leur revendication ? L’abandon du projet de révision de la Constitution, qui permettait surtout au président Faure Gnassingbé de se représenter en 2020 et en 2025, les mandats passés et en cours n’étant pas pris en compte. C’est donc sans grande surprise que le chef d’État, au pouvoir depuis 15 ans, a soumis sa candidature cette année. »

La campagne présidentielle a été plutôt terne… C’est ce que note l’envoyé spécial à Lomé du site d’information burkinabè WakatSéra : « Est-ce parce qu’ils n’ont pas reçu à temps les 42 millions de francs CFA, servis habituellement par l’État comme subvention pour mener la campagne électorale, que les rues de Lomé sont presque désespérément vides de leurs posters ? Sans doute ! Car, en dehors des nombreuses photos de Faure Gnassingbé, dont les tee-shirts et même des voitures sont floquées, ou les affiches grandeur nature qu’il partage dans certaines zones avec l’opposant historique, Jean-Pierre Fabre, les images des autres candidats se découvrent (presque) par hasard (…). »

Quel engouement ?

En tout cas, pour Le Pays, toujours au Burkina, maintenant : « Le plus dur reste à réaliser ; à commencer par le défi de la mobilisation. Blasés par des consultations électorales toujours sans suspense dans un pays où l’alternance relève quasiment du totem, les Togolais se rueront-ils dans les bureaux de vote samedi ?, s’interroge le quotidien ouagalais. Et si le pari de la mobilisation était tenu, quelle garantie y aurait-il que les voix des électeurs critiques vis-à-vis du pouvoir comptent vraiment face à un président incapable de s’imaginer une autre vie en dehors du pouvoir et qui semble prêt à tout pour s’accrocher à son trône ? Comment convaincre tous ces indécis qu’ils n’auront plus jamais affaire à ces scènes ubuesques où des urnes ont été nuitamment emportées dans des circonscriptions électorales, parce qu’elles étaient hostiles au pouvoir en place ? »

Quant à l’opposition togolaise, poursuit Le Pays, « Minée par ses querelles d’ego et toujours incapable de s’unir pour venir à bout des décennies de règne de la famille Gnassingbé, ne continue-t-elle pas à étaler ses divergences sur la place publique ? En tout cas, dans l’immédiat, ce qu’elle a de mieux à faire, estime le quotidien burkinabè, c’est de rester vigilante au cours des prochaines heures. Les opposants à Faure Gnassingbé doivent se donner tous les moyens pour déployer leurs représentants dans tous les bureaux de vote. Mais bien plus, Jean-Pierre Fabre et compagnie devront s’entourer de précautions pour compiler les résultats en temps réel pour se prémunir contre d’éventuelles fraudes. »

Fraudes ?

D’ailleurs, le même Jean-Pierre Fabre a affirmé publiquement hier craindre la fraude électorale.

« Le moins qu’on puisse dire, c’est que le scrutin présidentiel de ce samedi 22 février 2020 risque de connaître le même sort que celui du 25 avril 2015, s’exclame le site d’information togolais Ici Lomé. A en croire le candidat Jean-Pierre Fabre, président national de l’ANC, le régime serait actuellement en train de huiler sa machine à fraude pour assurer un 4e mandat au président sortant, Faure Gnassingbé. 'Tout le monde doit s’attendre à la fraude', a-t-il déclaré. Malgré tout, note encoreIci Lomé, le candidat du parti orange reste convaincu qu’il va remporter cette présidentielle. 'Je vais à ces élections du 22 février pour gagner', a en effet affirmé Jean-Pierre Fabre. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.