Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Canada: la construction d'un gazoduc provoque la grogne des peuples autochtones

Audio 01:38
Des partisans des peuples autochtones Wet'suwet'en manifestent leur opposition au passage du gazoduc sur leurs terres, le 19 février 2020 à Edmonton.
Des partisans des peuples autochtones Wet'suwet'en manifestent leur opposition au passage du gazoduc sur leurs terres, le 19 février 2020 à Edmonton. REUTERS/Codie McLachlan

En cours de construction à l’est du Canada, le gazoduc Coastal GasLink suscite la colère des peuples autochtones qui contestent son passage sur leur terre.

Publicité

Long de 670 km, le gazoduc relira Dawson Creek, à l’extrémité du nord-est de la Colombie-Britannique à Kitimat, une ville canadienne sur la côte du pacifique. Près de cette ville, une énorme usine de liquéfaction du gaz est en construction. Ce qui permettra d’acheminer ensuite le gaz par bateaux vers les marchés asiatiques.

L’objectif est d’exporter jusqu’à 26 millions de tonnes par an, soit 20% de la production gazière du pays. Le chantier, qui comprend le gazoduc, les infrastructures de liquéfaction et un terminal portuaire coûtera 40 milliards de dollars canadiens. La fin des travaux est prévue pour 2025.

Moins de dépendance du marché américain et sources de revenus

Le projet, soutenu par le gouvernement canadien, est le plus important investissement privé de l’histoire du pays. Il permettra au Canada de vendre du gaz sur le marché asiatique et d’être moins dépendant du marché américain. Le projet permettra ainsi au Canada de monter sur le podium des premiers exportateurs mondiaux de gaz liquéfié.

Il sera également une source importante de revenus. Selon les autorités de la province de la Colombie-Britannique, le chantier, une fois mis en service, va générer jusqu'à 22 milliards de dollars de bénéfices durant les 40 prochaines années. Sa réalisation va également générer 10 000 emplois. Les défenseurs du projet estiment qu'il sera aussi bénéfique pour les communautés autochtones.

Malgré les promesses de création d’emplois et le reversement de bénéfices, le tracé du gazoduc est contesté par les chefs de la nation Wet'suwet'en en Colombie-Britannique. Soutenus par les écologistes ils sont hostiles au passage du gazoduc sur leurs terres traditionnelles.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.