Accéder au contenu principal
Afrique économie

Les banquiers privés contre l’annulation de la dette

Audio 01:57
La dégradation des notes souveraines de certains pays a des conséquences immédiates puisqu’ils emprunteront à l’avenir à des taux d’intérêt plus élevés.
La dégradation des notes souveraines de certains pays a des conséquences immédiates puisqu’ils emprunteront à l’avenir à des taux d’intérêt plus élevés. AFP/Jekesai Njikizana

Depuis le 13 juin, les pays pauvres et notamment les pays africains bénéficient d’un moratoire sur le remboursement de leur dette publique dans la cadre de la réponse à la pandémie de Covid-19. Mais il reste la dette privée, souvent très lourde et pour laquelle les créanciers sont réticents à faire un geste. Jusqu’alors, les prêteurs internationaux exprimaient leur réserves, c’est désormais au tour des banques africaines de mettre en garde leurs Etats contre toute velléité d’annulation des dettes privées.

Publicité

Le 13 juin dernier, le club de Paris a officiellement suspendu les remboursements de dettes publiques d’un groupe de pays en développement. Moins de deux jours plus tard, la grande agence de notation américaine Moody’s abaissait la note de plusieurs pays dont le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Cette sanction n’a pas vraiment surpris les banquiers africains. 

Ade Ayeyemi est le directeur général d’Ecobank, deuxième banque d’Afrique subsaharienne. Interrogé dans le cadre d’une conférence virtuelle organisée par l’agence Bloomberg, il estime nécessaire pour les pays africains de garder la confiance de leurs créanciers. « Vous pouvez restructurer vos dettes, mais l’annulation n’est pas une option, parce que l’argent que vous devez est en fait l’épargne de quelqu’un d’autre », dit Ade Ayeyemi. Puis d’ajouter : « Il est toujours important de penser à cela avant de chercher à faire annuler sa dette. Et je pense que seuls les pays qui ont des plans précis sur la façon de relever leur économie seront ceux qui auront accès aux marchés financiers. » 

► À écouter aussi : Pourquoi le coronavirus doit conduire à l’annulation de la dette africaine

Des marchés financiers nerveux 

Pour l’heure, les agences de notation demandent aux pays africains de clarifier leur position vis-à-vis de leurs créanciers privés. Car, comme l’explique le patron d’Equity Bank, numéro un kényan, les marchés financiers sont nerveux. « Les marchés financiers fonctionnent bien, parce qu’ils sont prévisibles. Et l’annulation de dette n’est pas une méthode jugée prévisible par ces marchés. Elle renseigne sur la solvabilité d’un pays. Dans une large mesure, l’annulation de dette est une forme de défaut de paiement. Cela fausse les règles du marché. Nous devons tous être conscients des conséquences », alerte-t-il. 

La dégradation des notes souveraines de certains pays a des conséquences immédiates puisqu’ils emprunteront à l’avenir à des taux d’intérêt plus élevés. Or l’Afrique fait de plus en plus appel au marché des euros bonds pour financer son développement. C’est ce que soulignait récemment le ministre des Finances du Bénin, pays qui a décidé de ne pas suspendre le remboursement de sa dette publique comme proposé par le G20. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.