Accéder au contenu principal
Afrique économie

L'Afrique du Sud révise son budget et annonce des mesures de relance

Audio 02:21
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte sur un grand plan d’investissement dans les infrastructures du pays.
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte sur un grand plan d’investissement dans les infrastructures du pays. AFP/Phill Magakoe

Les perspectives économiques de l'Afrique du Sud sont peu réjouissantes. La croissance devrait se contracter de 7,2 % cette année. Du jamais vu en 90 ans, selon le ministère de l’Économie. Le gouvernement veut donc planifier l’après-crise, pour tenter de sauver une économie au bord du gouffre.

Publicité

Le ministre sud-africain des Finances Tito Mboweni a dû présenter une mise à jour de son budget afin de prendre en compte la dégringolade de la croissance, et la situation des finances publiques suite à la pandémie. Il met en garde contre le risque, à long terme, d’une crise de la dette souveraine : « Notre dette est notre faiblesse. Selon nos projections, elle devrait s’établir à 81,8 % de notre PIB d’ici la fin de l’année fiscale. En février, nous l’avions estimée à seulement 65,6 % de notre PIB. »

Pour tenter de redresser la barre, le président Cyril Ramaphosa mise sur un grand projet de financement des infrastructures, qui était dans les cartons depuis plusieurs mois. Il a été présenté lors d’une conférence virtuelle, mercredi 24 juin. Il a déclaré que « la pandémie de coronavirus a déclenché ce qui sera sans doute la plus grave récession depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les économies avancées et en voie de développement se tournent toutes vers les infrastructures, un secteur clé pour favoriser la reprise. Et [nous] suivons aussi cette voie. »

1,8 million d’emplois sur les prochaines années

L’accent sera mis sur les domaines du transport, de l’énergie, des communications ou encore du logement afin de relancer la croissance, et sauver le secteur de la construction. Kgosientsho Ramokgopa, à la tête du projet, explique que « [nous] avons sélectionné au total 276 projets. 88 d’entre eux sont prêts pour être financés. Des investisseurs se sont déjà fermement engagés à contribuer à hauteur de quelques milliards d’euros. Donc [nous] ne dépendons pas trop de l’argent de l’État pour pouvoir lancer ces projets. »

Cependant, plusieurs experts mettent en garde : l’Afrique du Sud ne sera pas le seul pays à chercher des fonds pour son plan de relance. « Tous les pays sont en difficulté, et veulent sortir de cette crise liée à l’épidémie. Donc nous sommes en compétition pour trouver des fonds, et nous devons être rapides », constate Jacko Maree, envoyé spécial à l’investissement nommé par le président. « En Afrique du Sud, on a tendance à vouloir faire trop de choses à la fois. Cela m’inquiète quand j’entends que des centaines de projets sont envisagés. Il faut choisir nos priorités. »

Le gouvernement espère créer 1,8 million d’emplois sur les prochaines années, grâce à ces projets, alors que le taux de chômage dépassait déjà les 30 % avant l’épidémie de coronavirus, qui continue de progresser avec plus de 100 000 cas dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.