Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Joël Alessandra, Ibn Battûta et 120.000 km d'aquarelles

Audio 48:30
"Les Voyages d'Ibn Battûta", de Joël Alessandra et Akalai Lofti, aux éditions Dupuis, p.117.
"Les Voyages d'Ibn Battûta", de Joël Alessandra et Akalai Lofti, aux éditions Dupuis, p.117. © Joël Alessandra, éditions Dupuis

C’est un des plus grands voyageurs de l’histoire que nous découvrons dans “Les voyages d’Ibn Battûta", de Joël Alessandra et Lotfi Akalay.

Publicité

Entre 1325 et 1349, Ibn Battûta a parcouru 120.000 km et visité 43 pays, à la découverte du monde musulman et même un peu au-delà, de son Tanger natal à la chinoise Quanzhou, de Tombouctou jusqu’au nord de la Volga russe, de l’Égypte à l’Espagne, des Indes aux Maldives, en passant par la Mecque et la péninsule arabique. C’est ce périple tout en lumières que nous racontent Joël Alessandra et Lotfi Akalay, dans un album qui mêle réalisme historique et contes oniriques à travers les croquis et les somptueuses aquarelles de Joël Alessandra, lui-même grand voyageur et habitué des carnets de voyage.

“Les voyages d’Ibn Battûta", de Joël Alessandra et Lotfi Akalay, est paru chez Aire Libre, et vous pouvez retrouver plusieurs des oeuvres originales de Joël Alessandra dans une exposition-vente jusqu’au 10 juillet 2020 à la galerie Art-Maniak dans le 9ème arrondissement de Paris.

Reportage :
Quand l’Afrique de l’Ouest et le Japon se rencontrent, ça donne une exposition intitulée “Japon Afrique Intimes”. C’est à voir à la Maison de la culture du Japon à Paris. Exposition créée par l’artiste camerounais Serge Mouangue. Reportage de Kpénahi Traoré.

Cafés gourmands :
Isabelle Chenu
nous amène au Centre Pompidou Metz qui a lui aussi rouvert ses portes avec une toute nouvelle exposition intitulée "Folklore", conçue en collaboration avec le MUCEM (le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) à Marseille, où l'exposition s'installera pour quelques mois à l'automne.

Fanny Bleichner nous fait revivre une expérience théâtrale covidcompatible. Elle se passe en plein air, en mouvement, et dernier indice : il faut s’équiper non pas d’un masque, mais d’un casque audio et d’un téléphone portable pour en profiter. Ça s’appelle « Contact ».

 

On s’envole en Afrique subsaharienne avec notre reportère Amélie Beaucour, dans la vallée imaginaire d’Isaya, point de départ du dernier livre jeunesse de Timothée de Fombelle : “Alma, le vent se lève”. C’est le premier tome d’une trilogie qui parle de l’esclavage et du combat pour son abolition, paru chez Gallimard jeunesse. Nous sommes en 1786, l’héroïne s’appelle donc Alma, elle a 14 ans. Elle vit dans un petit cocon avec sa famille, loin du reste du monde, jusqu’au jour où son petit frère, Lam, décide de s’aventurer à l’extérieur de la vallée.

Alain Pilot nous a présenté le nouvel album de la Basque Anne Etchegoyen, dans lequel elle rend hommage à « la femme », qui se dit « émasté » en basque.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.