Accéder au contenu principal
Afrique économie

Les entreprises françaises incitées à investir en Afrique

Audio 02:19
Pour l’institut Montaigne, il est urgent de soutenir les entreprises françaises en Afrique, mais les dispositifs publics sont encore trop lourds et les délais trop longs.
Pour l’institut Montaigne, il est urgent de soutenir les entreprises françaises en Afrique, mais les dispositifs publics sont encore trop lourds et les délais trop longs. CC0 Pixabay/stevepb

« Ce n'est pas le moment de lâcher l'Afrique ». Voilà le credo de l'Institut Montaigne, un cercle de réflexion libéral. Il préconise une politique publique visant à faciliter les investissements des entreprises françaises et européennes qui veulent travailler sur le continent et préparer l'après Covid-19. 

Publicité

Alors que l’Afrique va connaître en 2020 sa première récession depuis un quart de siècle, les entreprises françaises ne doivent pas se détourner du continent, mais au contraire y renforcer leur présence. C’est la conviction de l’Institut Montaigne, un cercle de réflexion libéral, qui estime dans une analyse parue la semaine dernière que la crise économique consécutive à la pandémie met en lumière les secteurs prioritaires dans lesquels investir.

Le consultant Jean-Paul Huet est l’un des auteurs de cette analyse. « La crise a mis en avant des pénuries sur le continent dans un certain nombre de domaines : la santé, mais également dans l’éducation, le digital, l’électricité, l’agriculture. Et quelque part, nous nous sommes dit, cela renforce l’importance d’investir maintenant et pas dans dix ans », dit-il.

► À écouter aussi Après le Covid-19, une tragédie économique africaine

Procédures administratives jugées trop lentes

Pour l’institut Montaigne, il est urgent de soutenir les entreprises françaises en Afrique, mais les dispositifs publics sont encore trop lourds et les délais trop longs. « Force est de constater que certaines institutions européennes ou d’autres pays européens sont allés plus vite que les institutions françaises en termes de procédures administratives », constate-t-il. Et d’ajouter : « C’est un vrai point d’amélioration que l’on a collectivement remonté. C’est même l’objet de la note que dire aux pouvoirs publics, “vous avez fait des choses que vous n’aviez pas faites avant et merci. BPI, l’AFG et les autres...” Par contre quand on compare avec d’autres pays européens, certains sont allés plus loin et surtout plus vite. Il y a peut-être des choses à améliorer. »

Pourtant, dès le mois de mars, Paris s’est mis au diapason. BPI France, la Banque publique de garanties et de financements, a renforcé les crédits fournisseurs, les prêts garantis et le mécanisme de réassurance, notamment en direction des entreprises travaillant en Afrique.

Soutenir les primo-investisseurs

Pedro Novo, directeur exécutif de BPI France pour l’export, explique que BPI France travaille « avec la quasi-totalité des entreprises présentes en Afrique, car ces entreprises, qui sont aujourd’hui exposées sur le continent, ont des besoins financiers de moyen et long termes, elles sont de plus en plus locales. Créent des filiales, s’installent... Donc, elles ont besoin de ressources en fonds propres, elles ont besoin de dettes avec des maturités longues et elles ont besoin de garanties que nous délivrons pour que leurs filiales soient opérationnelles sur place. »

La place du continent dans l’export français est encore faible, notamment si on la compare à l’Europe. D’où l’urgence soulignée par l’institut Montaigne et aussi BPI de soutenir en particulier les primo-investisseurs, c’est-à-dire les entreprises qui découvrent aujourd’hui le potentiel économique des pays africains.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.