Ça fait débat avec Wathi

Sortir de la mentalité de la dépendance et renforcer les ressources humaines des États

Audio 03:41
Gilles Yabi est le fondateur du think-tank Wathi, basé à Dakar.
Gilles Yabi est le fondateur du think-tank Wathi, basé à Dakar. Archives personnelles de Gilles Yabi

Le 23 avril, Wathi a organisé une conversation virtuelle avec le docteur Ibrahim Assane Mayaki, ancien Premier ministre du Niger qui dirige depuis 2009 l’Agence de développement économique de l’Union africaine, autour de la question des transformations structurelles des économies africaines.

Publicité

Gilles Yabi: Nous avons poursuivi avec cet événement spécial la réflexion de WATHI sur les nécessaires leçons à tirer de la crise sanitaire en soumettant au débat nos principales pistes d’action. Dr Mayaki était particulièrement bien placé pour cet exercice, de par sa fonction à l’échelle panafricaine mais aussi parce qu’au-delà de ses fonctions actuelles et même de ses hautes fonctions politiques au Niger,  il a toujours été aussi un intellectuel engagé.

Lorsque je lui ai demandé ce qu’il pensait aujourd’hui des conditions de vie dans les zones rurales dans les pays d’Afrique de l’Ouest par exemple, il a estimé qu’on avait failli sur le plan de la transformation agricole et du développement rural, et que les gouvernants avaient négligé la dimension de la planification territoriale, la question de l’aménagement des territoires, ce qui était l’une des raisons profondes du drame actuel dans de vastes espaces des pays du Sahel.

Il a aussi mis le doigt sur le fait que les stratégies de développement de la plupart des pays avaient été très orientées par le « binôme donateurs et gouvernements. La Banque mondiale par exemple a pendant des années considéré que la transformation agricole n’était pas une priorité et les gouvernements n’ont manifestement pas su ou voulu définir eux-mêmes leurs priorités. Même s’il y a des évolutions, Assane Mayaki estime que la mentalité n’a pas radicalement changé, et qu’on reste dans une relation « dominant, dominé » avec les donateurs extérieurs qu’on appelle maintenant partenaires techniques et financiers. Il y a cependant quelques exceptions. Le Rwanda de Paul Kagamé, je dirais, comme très souvent, a été donné en exemple.  

Et comment explique-t-il la permanence de cette mentalité ?

Son explication est intéressante et nous ramène à la question qui me paraît aussi fondamentale des ressources humaines qui sont au cœur des appareils d’État. Dr Mayaki confie qu’il n’est pas sûr que les meilleurs parmi les jeunes Africains intègrent et ont envie d’intégrer les administrations publiques. Les meilleurs aujourd’hui préfèrent aller monter des starts-ups, créer des entreprises… C'est très bien, dit-il, mais les États aussi doivent continuer à recruter parmi les meilleurs.

C’est tout à fait mon point de vue également. Dans une tribune en 2018, j’estimais qu’au Sahel et en Afrique de l’Ouest, on ne bâtirait pas des États avec des consultants, mais avec une réforme profonde de la gestion des ressources humaines des États intégrant des incitations à l’efficacité et à l’intégrité.

Qu’il s’agisse de l’industrialisation, de la modernisation de l’économie informelle ou populaire, pour reprendre le terme que vous préférez, ou du développement des infrastructures, vous avez en fait beaucoup parlé du rôle décisif des États…

Tout à fait. Dr Mayaki a rappelé que toutes les expériences de transformation économique structurelle le montrent : l’État est le moteur central du développement industriel qui doit lui-même être relié au développement agricole.  Nous avons des jeunes qui ont l’esprit entrepreneurial, mais sans stratégie et sans planification mises en place par les États, on ne peut pas donner l’impulsion nécessaire. Cela est vrai évidemment aussi pour les infrastructures et pour une autre exigence fondamentale, l’intégration régionale. Assane Mayaki a donné en exemple l’Afrique de l’Est où les dirigeants planifient ensemble et évaluent ensemble leurs projets d’infrastructures. C’est assurément une voie à suivre en urgence dans les autres régions africaines.

 

L’intégralité de cette conversation avec Ibrahim Assane Mayaki est à retrouver sur la page Youtube de WATHI :

Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion citoyen de l’Afrique de l’Ouest, Wathi.
Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion citoyen de l’Afrique de l’Ouest, Wathi. Archives personnelles de Gilles Yabi

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail