Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

5G: l'UE veut s'imposer dans la «guerre» des données industrielles

Audio 03:01
Thierry Breton, le commissaire chargé du marché intérieur, à Bruxelles, le 14 novembre 2019.
Thierry Breton, le commissaire chargé du marché intérieur, à Bruxelles, le 14 novembre 2019. REUTERS/Francois Lenoir

À Bruxelles, la Commission européenne va présenter mercredi 19 février ses propositions pour une stratégie de l’UE pour les données et l’intelligence artificielle. La Commission a déjà proposé un cadre pour la technologie qui doit accompagner l’explosion prévue du volume des données, à savoir la 5G.

Publicité

La Commission a décidé d'adopter un ton très guerrier concernant les nouvelles technologies à venir. Pour elle, il s'agit clairement de passer à l'offensive. Le commissaire chargé du marché intérieur, Thierry Breton, le répète d'ailleurs à l'envi : la guerre des données industrielles va s'ouvrir et l'Europe en sera le champ de bataille. La Commission ne peut que reconnaître que l'Europe a raté la première vague des données, qui profite désormais aux géants du numérique, essentiellement américains, mais aussi chinois. L'objectif ? Ne pas rater la deuxième vague qui concernera plus les entreprises que les citoyens.

Vers une Europe à la pointe technologique

La Commission estime que tous les 18 mois, les données produites à travers le monde doublent de volume. Par ailleurs, quatre cinquièmes des données produites aujourd’hui proviennent de centres de données. Un cinquième des objets connectés, du téléphone à l’appareil ménager en passant par les voitures et cette proportion devrait s’inverser dans les cinq ans. Ce train de l’intelligence artificielle va affecter profondément, les transports, la production industrielle, la consommation. Le développement de la 5G, couplé à l’explosion du volume des données produites, doit entraîner une nouvelle politique industrielle pour l’Europe.

Reprendre possession de ses données

La Commission européenne affirme également que l'Europe doit reprendre possession de ses données. Cela concerne autant les citoyens que les administrations ou les entreprises. Pour les premiers, l'Union européenne a déjà commencé à émettre des règles comme le règlement général sur la protection des données, mais elle devrait proposer d'aller beaucoup plus loin et de règlementer l'action des géants du web.

► À chaque État de choisir s'il fera ou non confiance à Huawei, selon l’UE

Le commissaire au marché intérieur a expressément averti que l'UE devrait se doter de nouvelles lois pour protéger les utilisateurs des réseaux sociaux, après la visite du patron de Facebook, Mark Zuckerberg, à Bruxelles. Des règles qui s'appliqueront aussi aux questions commerciales et publicitaires. Un ensemble de lois et de règlements devrait être annoncé ce mercredi 19 février pour la fin de l'année, avec pour objectif que les données produites en Europe, restent en Europe.

Du protectionnisme numérique

L'Europe change donc de stratégie et décide de faire preuve de protectionnisme vis-à-vis de l'intelligence artificielle. En effet, l'UE réalise qu'elle est assise sur une mine d'or numérique, grâce à son marché unique et grâce au fait qu'elle ne s'est pas désindustrialisée comme les États-Unis, par exemple. Et cette richesse de données doit d'abord bénéficier aux Européens et à leurs entreprises.

Selon la Commission, grâce aux brevets détenus par des entreprises européennes, l'Europe est bien placée pour profiter de la révolution technologique qui s'annonce. Ainsi, elle pourra, à la fois donner un coup d'accélérateur à sa compétitivité, et garantir que la vie privée des citoyens soit préservée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.