Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Les pétaflops à l’assaut du Covid-19

Audio 02:08
Illustration du coronavirus.
Illustration du coronavirus. MAURIZIO DE ANGELIS/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Deux supercalculateurs en France, le Joliot-Curie installés au Très grand centre de calcul du commissariat à l’Énergie atomique et l’OCCIGEN du Centre national de calcul, se mettent au service des chercheurs européens engagés contre le Covid-19. Objectif, comprendre la structure moléculaire du virus et accélérer la mise au point d'un vaccin efficace contre la maladie.

Publicité

Les supercalculateurs représentent le nec plus ultra de l’informatique. Ces machines ultra-perfectionnées sont devenues le fer de lance de la recherche contre le Covid-19, tant en France que dans le monde.

Une science du numérique dénommée Calcul haute performance que le groupe Atos spécialiste de l'informatique en nuage, de la cybersécurité, et de l’informatique quantique maitrise depuis des années.

La firme équipe des industriels, les géants du Web ou encore les grands centres de recherches de ces supercalculateurs, nous précise Damien Déclat, spécialiste et responsable pour le monde du Calcul Haute Performance de l'informatique en nuage, de la programmation quantique et de l'intelligence artificielle, chez Atos.

Daniem Déclat, spécialiste et responsable du Calcul Haute Performance chez Atos :
« Aujourd’hui un supercalculateur, il faut se le représenter comme étant la combinaison de milliers de PC grand public qui sont reliés les uns aux autres et qui, grâce à la puissance de calcul générée permet d’atteindre un nombre très important d’opérations. Aujourd’hui cette puissance se compte en pétaflops, un pétaflop étant un million de milliards d’opérations arithmétiques par seconde.
Nombreux de nos clients ont mis à disposition des chercheurs une grande partie de leurs ressources de calcul, au Brésil, au Royaume-Uni, en République Tchèque, en Finlande, aux Pays Bas et en France notamment avec le GENCI qui avec ses deux supercalculateurs, le Joliot-Curie, opéré au Très Grand Centre de Calcul du CEA et Occigen au CINES, le centre national de calcul de la CPU ont ouvert leurs ressources pour permettre aux scientifiques de travailler aux différents axes de recherches de la lutte contre le Covid.

Le premier au niveau de l’étude épidémiologique du virus, par exemple, en Finlande sur la propagation du pathogène dans l’air à l’intérieur d’une grande surface, de suivre en temps réel comment se propage le virus par voie aérienne et plus globalement comment il contamine une population. D’autres travaux s’intéressent à la structure moléculaire et au comportement du virus et le 3eme type de recherches à l’aide de simulations numériques est d’imaginer quelles seraient les protéines ou molécules permettant de contribuer au développement d’un vaccin efficace contre le Covid-19. »

Concrètement, les chercheurs impliqués dans la lutte contre le Covid-19 ont un accès distant à cette colossale puissance de Calcul, les scientifiques quel que soit leur laboratoire ou lieu de confinement sont prioritaires pour bénéficier de cette profusion de pétaflops.

Mais sans préjuger des résultats de ces simulations numériques de hautes volées, s’esquisse peut-être le monde d’après !  du moins dans le domaine du Calcul Haute Performance quand des organisations publiques et privées forment une alliance sacrée pour juguler cette crise sanitaire mondiale qui n’a que trop durée !

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.