Accéder au contenu principal
Reportage Afrique

RDC: les drépanocytaires affectés par le manque de sang

Audio 02:17
Une poche de sang utilisée pour une transfusion sanguine.
Une poche de sang utilisée pour une transfusion sanguine. Getty Images/Alexandr Sherstobitov
Par : Denise Maheho

En RDC, il faut plus de 600 000 unités de sang par an, selon le Programme national de transfusion sanguine. Mais les centres de transfusion sanguine, que ce soit à Kinshasa ou à Lubumbashi font face à une faible mobilisation des donneurs bénévoles. Pourtant 70% de transfusion sanguine concerne les enfants de moins de 5 ans.

Publicité

Il est 10h, madame Jeanne arrive au centre de drépanocytose de Lubumbashi avec son bébé de 2 ans. L’enfant est atteint de cette maladie qui affecte l’hémoglobine des globules rouges. D’un air préoccupé, elle attend le médecin pour une injection.

Il y a quelques jours, le jeune enfant a fait une crise d’anémie. Pour madame Jeanne, il faut des nerfs solides pour gérer cette urgence. « Ces moments, ce sont des moments difficiles, des moments de panique. On se pose la question : "où vais-je trouver du sang ?" Mais ce n’est pas facile d’en trouver. Des fois, on a recours aux membres de la famille. ».

► À écouter aussi : Douleurs dues à la drépanocytose, comment les expliquer et les prévenir

La stratégie pour assurer la prise en charge des malades

Le centre de référence de la drépanocytose de Lubumbashi compte plus de 1 000 malades. Cette structure n’est pas dotée d’une banque de sang, elle a donc mis en place une stratégie en vue d’assurer une prise en charge des malades.

Docteur Patience Muhau, superviseur du centre, explique le processus. « Lorsque nous les recevons, nous essayons de faire des demandes de sang. Nous nous référons au centre provincial de transfusion sanguine », dit-elle. Puis d’ajouter : « Lorsqu’il est en rupture de stock, nous essayons de chercher des donneurs bénévoles chez nous. Au cas où il n’y a pas de donneur bénévole, le médecin qui reçoit le malade est un potentiel donneur. Nous avons eu à faire l’électrophorèse chez tous les médecins, ceux qui sont “AA” sont des donneurs de sang. »

Le Covid-19 responsable du manque de dons du sang

Au centre provincial de transfusion sanguine à Lubumbashi, médecins et infirmiers sont là, mais il n’y a pas de donneurs bénévoles. Conséquence, le nombre d’unités de sang est en baisse. Il est passé de 20 unités par jour au début de l’année à 3 unités seulement aujourd’hui.

► À lire aussi Covid-19 et drépanocytose ne font pas bon ménage

Pour le docteur Annie Tshite Bibi, le Covid-19 explique en partie cette réduction des dons. « Cette pandémie a entraîné une baisse importante en activité. Il y a 4 ou 5 mois, on recevait au moins 20 donneurs par jour. À ce jour, on a au moins 3 donneurs par jour, ce qui fait qu’on ne sait plus répondre à la demande de la population. »

Selon le Programme national de transfusion sanguine, la RDC a besoin de plus de 600 000 unités de sang par an. Aujourd’hui le programme ne couvre qu’environ 20 % de ce besoin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.