Accéder au contenu principal
Les grandes voix de l'Afrique

Tierno Monénembo: paroles d’exil

Audio 39:00
Tierno Monenembo.
Tierno Monenembo. © Justin Morel Junior
Par : Sayouba Traoré
41 mn

L’écrivain guinéen Tierno Monénembo (de son vrai nom Thierno Saïdou Diallo), est né le 21 juillet 1947 à Porédaka, en Guinée.

Publicité

Parlant de lui-même et son parcours de vie, Tierno Monénembo dit, « nous sommes une génération sacrifiée, une génération gaspillée ». Ce genre d’affirmation appelle une explication. Né en 1947, le jeune Thierno Saïdou Diallo a 11 ans, lorsque surviennent les indépendances des anciennes colonies d’Afrique. En 1969, ce fils de fonctionnaire quitte la Guinée, fuyant la dictature deSékou Touré et rejoint à pied le Sénégal voisin. Il va ensuite en Côte d'Ivoire poursuivre ses études. Il rejoint la France en 1973 toujours pour étudier, et y obtient un doctorat en biochimie de l'Université de Lyon. Il a, par la suite, enseigné au Maroc et en Algérie.

C’est en 1979 qu’il publie son premier roman, et devient Tierno Monénembo. Ses romans traitent souvent de l'impuissance des intellectuels en Afrique, et des difficultés de vie des Africains en exil en France. Puis, il va enchaîner les publications, et très rapidement se constituer une bibliographie remarquable par son foisonnement et les qualités d’écriture. « Moi je vais donner mauvaise conscience à mes compatriotes africains, à mes contemporains, c’est pour ça que j’écris le malaise. » Ainsi, parle Tierno Monénembo. Pour rester dans la même veine, disons que chaque titre de cet écrivain a fait écho à sa sortie. On peut citer : Les Crapauds-brousse en 1979 ; Les Écailles du ciel en 1986 : L'Aîné des orphelins en 2000 ; Le Terroriste noir en 2012 ; Les coqs cubains chantent à minuit en 2015.

(Rediffusion du 25/8/2017)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.