Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Timides sanctions américaines contre le coton chinois

Audio 01:31
Des balles de coton stockées dans un entrepôt d'une usine de la province du Shaanxi, en Chine.
Des balles de coton stockées dans un entrepôt d'une usine de la province du Shaanxi, en Chine. Getty Images

Les taxes imposées en 2018 par les États-Unis sur tout un tas de produits chinois sont « illégales », a jugé mardi l’Organisation mondiale du commerce. Un camouflet pour Washington, qui vient à peine d’imposer de nouvelles sanctions, au nom cette fois des droits de l’homme dans la province du Xinjiang. Des sanctions contre le coton chinois plus timides que prévu.

Publicité

Les nouvelles sanctions des États-Unis contre la Chine visent des compagnies implantées dans la province semi-autonome du Xinjiang. Parmi elles, la société Linjiang Junggar, qui cultive et égrène du coton. Ses produits ne pourront plus être mis sur le marché américain, les douanes pourront même les détruire, si la société ne parvient pas à prouver qu’elle n’utilise pas le travail forcé contre la communauté ouïghoure.

Contre-productif

Va-t-on vers un embargo de Washington sur tout le coton du Xinjiang, plus de 80% de la production chinoise ? C’était depuis plusieurs jours la menace de l’administration américaine qui officiellement y réfléchit toujours. Mais Washington écoute pour l’instant la voix de la prudence, les mesures restent symboliques.

Un embargo contre le coton chinois serait en effet totalement contre-productif. Les États-Unis importent encore beaucoup de produits textiles et d’habillement made in China, mais en réalité, très peu de coton chinois.

Moins de coton américain, plus de polyester chinois

Ce sont les États-Unis qui exportent leur coton en Chine. La fibre américaine pèse pour un tiers des importations chinoises de coton. Il ne faudrait pas, à quelques jours de l’élection présidentielle américaine, gâcher ce commerce, d’autant qu’il est dopé par l’accord sino-américain de phase 1, prévoyant une plus large place aux produits agricoles américains, dont le coton.

Un embargo contre le coton du Xinjiang serait en outre contourné par Pékin, remarque Anne-Laure Linget, spécialiste du secteur du textile-habillement : la Chine produirait moins de coton, mais encore plus de polyester, à base de produits pétroliers, qu’elle pourrait exporter vers les États-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.