Accéder au contenu principal
Le monde en questions

Donald Trump testé positif au Covid-19, ou l’arroseur arrosé

Audio 02:54
Le président américain Donald Trump a annoncé être atteint du Covid-19, ce 2 octobre 2020.
Le président américain Donald Trump a annoncé être atteint du Covid-19, ce 2 octobre 2020. REUTERS/Carlos Barria

Donald Trump a annoncé ce 2 octobre être positif au Covid-19, ainsi que sa femme Melania. Une déclaration qui a l’effet d’un coup de tonnerre dans le ciel politique américain. À un mois de l’élection présidentielle américaine, quel impact cette annonce peut-elle avoir sur les dernières semaines de la campagne électorale ?

Publicité

Cette annonce fracassante à un mois de l’élection présidentielle a d’abord un impact sur le président lui-même et sa femme : ils doivent rester en quarantaine pour deux semaines, confinés à la Maison Blanche. Clairement, le moment de cette annonce tombe mal pour le président.

Il doit annuler ses meetings, et pour commencer celui qui était prévu ce vendredi en Floride, un Etat très important. Sa stratégie fondée sur la proximité avec ses partisans en prend un coup. Or, il comptait beaucoup là-dessus pour rattraper son retard – notamment dans les fameux « swing states », ces Etats-bascule qui jouent un rôle si important le jour du scrutin.

Avantage ou désavantage ?

Cette convalescence forcée de 14 jours vient donc contrarier ses plans. On ignore notamment si le deuxième débat avec son adversaire Joe Biden pourra avoir lieu comme prévu le 15 octobre. Ce problème de santé pourrait-il lui être favorable, en termes d’empathie dans l’opinion publique ? Ce fut le cas pour deux de ses homologues, le président brésilien Jair Bolsonaro, quand il avait été poignardé pendant la campagne électorale, et encore quand il fut lui-même atteint du Covid-19.

Le cas aussi pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, quand il dut lui-même affronter une forme assez grave du nouveau coronavirus. Ce qui est intéressant à noter d’ailleurs, ou ironique comme on voudra, c’est que ces deux dirigeants, tout comme le locataire de la Maison Blanche, ont minimisé au départ la réalité de la pandémie.

Pour Donald Trump, cela dépendra d’abord de la gravité de son état et comment il sortira de cette épreuve. Objectivement, il est dans l’immédiat affaibli, dans tous les sens du terme, mais on sait qu’il n’est jamais aussi bon que lorsqu’il se trouve dans l’adversité. Il pourrait notamment, si tout se passe bien pour lui, utiliser son rétablissement pour montrer à quel point il reste un homme fort malgré son âge, 74 ans.

Quelle attitude pour Joe Biden ?

Ce rebondissement inattendu va-t-il profiter au challenger de Trump, le démocrate Joe Biden ? Sans doute dans un premier temps. Face au dédain manifesté par le président vis-à-vis de la pandémie au début, sans parler des solutions parfois ubuesques imaginées par lui – comme une injection de désinfectant –, Joe Biden s’est toujours montré très responsable, portant son masque en permanence, ce qui lui a d’ailleurs valu une boutade de Donald Trump lors du premier débat il y a quelques jours.

Mais face à cet événement inattendu, Joe Biden doit bien calibrer sa réponse. Il lui faudra sans doute faire deux choses simultanément : souhaiter un prompt rétablissement à son adversaire, ce qu’il a déjà fait, et en même temps rappeler les méfaits engendrés par la gestion chaotique de la pandémie par Donald Trump – y compris désormais pour le président lui-même. Il ne l’a pas encore fait. Mais certains dans son entourage font déjà remarquer l’air de rien que ce qui arrive au couple présidentiel est aussi le résultat d’une défaillance dans le camp républicain de la prise en compte de la gravité de l’épidémie. La politique revient très vite sur le devant de la scène…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.