Accéder au contenu principal
Alors on dit quoi

Écrivains en herbe, les premiers pas vers la publication

Audio 48:30
Ouafa Mameche, journaliste et fondatrice de la maison d'édition Face cachée ; Hashley Auguste, auteure de «Little Nappy».
Ouafa Mameche, journaliste et fondatrice de la maison d'édition Face cachée ; Hashley Auguste, auteure de «Little Nappy». RFI/Beverly Santu

De nombreux écrivains prennent la décision de se publier. Les difficultés à se faire voir, lire et publier par les maisons d'édition dites traditionnelles les poussent à déserter ce secteur qui, quant à lui, accuse des pertes depuis quelques années.

Publicité

En attestent les chiffres du Syndicat national de l'édition (SNE): entre 2017 et 2018, le nombre d'exemplaires vendus a baissé de 2,25% en France. C'est dorénavant, l’auto-édition qui tire son épingle du jeu en enregistrant 19,6% des dépôts légaux effectués, selon le rapport d'activité de la Bibliothèque nationale de France. 
En optant pour cette solution, les écrivains prennent en charge de A à Z la publication et la promotion de leur ouvrage pour le faire découvrir au grand public. L’auto-édition a néanmoins aussi des inconvénients puisque les moyens pour promouvoir et diffuser une œuvre sont à la charge de l’écrivain. 

Quels sont les éléments à prendre en compte avant d'envisager une publication traditionnelle ou une auto-publication ? Comment maximiser ses chances de réussite ?

Invités : David Noga, écrivain (en fil rouge, au téléphone) ; Ouafa Mameche, journaliste et fondatrice de la maison édition Face cachée ; Hashley Auguste, auteure de «Little Nappy: quand maman m'apprend à m'occuper de mes cheveux».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.