Accéder au contenu principal
Religions du monde

Séparatisme islamiste: la feuille de route du président Macron

Audio 48:30
Le président Emmanuel Macron en compagnie d'élus locaux, le 2 octobre 2020, aux Mureaux, dans les Yvelines, en banlieue parisienne.
Le président Emmanuel Macron en compagnie d'élus locaux, le 2 octobre 2020, aux Mureaux, dans les Yvelines, en banlieue parisienne. AFP/Ludovic Marin
Par : Geneviève Delrue
51 mn

Publicité

Religions du Monde - Dimanche 11 octobre 2020 - 11h10-12h00 (Heure de Paris)


1/ Le discours du président Macron, le vendredi 2 octobre 2020, aux Mureaux sur le séparatisme islamiste a mis fin à des mois de tergiversations et désigné clairement l’offensive que le gouvernement entend mener contre l’islam radical. Scolarisation obligatoire des enfants dès l’âge de trois ans, fin sous trois ans du système des imams étrangers détachés, contrôle plus strict du financement des mosquées et des associations, enseignement de l’arabe à l’école, etc.
Le texte de loi sur le séparatisme portera finalement un titre plus consensuel «projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains» et sera présenté en Conseil des ministres le 9 décembre :
- Mohammed Moussaoui, président du CFCM (Conseil français du culte musulman) 
- Najwa El Haïté, adjointe au maire d’Évry-Courcouronnes en charge de la culture et de la transformation digitale, docteur en Droit public
- François Pupponi, député du Val d’Oise et maire de Sarcelles de 1997 à 2017 
- Philippe Portier, vice-président de l’EPHE, ancien directeur du laboratoire GRSL (Groupe Religions Sociétés Laïcités) du CNRS. 

2/ Fratelli Tutti «Tous frères». Cinq ans après Laudato si sur la préservation de la création, le pape François publie une encyclique sociale sur la fraternité, véritable réquisitoire contre l’individualisme de nos sociétés qui ont perdu le sentiment d’appartenance à une même  humanité. Un cri pour réveiller les consciences. Éric Senanque, correspondant de RFI au Vatican.

3/ «Le fanatisme n’est pas un excès de Dieu mais une absence de Dieu» et le discours théologique fait partie des solutions pour remédier à ce dérèglement du religieux qu’est le fanatisme. C’est le fil conducteur du petit traité (1) du frère Adrien Candiard de l’IDEO (l’Institut dominicain d’études orientales) du Caire. Adrien Candiard est spécialiste d’Ibn Taymiyya, le théologien musulman du XIVe siècle, figure de référence aux salafistes et aux jihadistes.

(1) « Du fanatisme : quand la religion est malade » (Cerf)
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.