Afrique économie

Au Ghana, la «Reine des champignons» séduit les gastronomes

Audio 02:21
Les pleurotes sont appréciées au Ghana pour leur goût et pour leurs apports nutritionnels. (Image d'ilustration)
Les pleurotes sont appréciées au Ghana pour leur goût et pour leurs apports nutritionnels. (Image d'ilustration) Getty Images/500px - Minh Hoang Cong / 500px

Au Ghana, les pleurotes ont la côte. En moins de six ans, l’entrepreneuse Fafape Ama s’est imposée comme l’une des principales productrices de champignons du pays. Une culture bon marché, écologique et à fort potentiel nutritionnel.

Publicité

Pour faire pousser des pleurotes, il ne faut que quelques intrants de champignons et du compost, à base de son de riz et de sciure de bois, bien tassés dans un petit sac plastique. C’est ce qu’explique Daniel, la vingtaine. Il est employé depuis trois ans dans la ferme E90, en plein centre de la capitale.

« Ce que je fais s’appelle la mise en sac. Il faut de la force pour faire ce job. Si le compost n’est pas assez compact, les champignons ne pousseront pas bien. »

Les sacs sont ensuite stérilisés avant d’être entreposés dans le noir. Après six semaines d’incubation, ils seront ouverts et arrosés. Et en une semaine, les pleurotes seront prêtes pour la récolte.

La fondatrice d’E90, Fafape Ama, connue sous le surnom de « Reine des champignons », vante une culture peu coûteuse et écologique.

« Je suis comptable de formation. Je ne connaissais rien à la fongiculture jusqu’à ce que je tombe sur un article sur la production de champignons aux Pays-Bas. J’ai vu le potentiel économique des champignons, et je me suis dit qu’on disposait ici des ressources requises en abondance. Alors je me suis dit : pourquoi ne pas en produire, nous aussi ? »

En 2015, la jeune femme a commencé sa culture de pleurotes, seule, chez elle. Depuis, sa compagnie a connu une croissance exponentielle. De 10 sacs par cycle de production, elle est passée à 50 000 sacs.

Douze personnes sont désormais employées à temps plein à la ferme. L’entrepreneuse s’attache à les recruter dans des catégories souvent exclues de l’emploi : jeunes, femmes et personnes âgées.

« On affecte les personnes âgées au packaging, les jeunes s’occupent du compost et les femmes de la récolte. »

Les pleurotes sont appréciées au Ghana pour leur goût et pour leurs apports nutritionnels, explique la restauratrice Angela Tekyi, venue récupérer sa commande à la ferme.

« Ces champignons sont riches en protéines. Ils peuvent être une alternative plus saine au poulet, sans tout ce gras ! On commence seulement à réaliser ce potentiel. Vous ne pouvez pas vous nourrir de poulet et vivre longtemps et en bonne santé. »

Malgré tout, la fongiculture n’a pas échappé à la crise économique liée à la pandémie. La Reine des Champignons a dû se séparer de la plupart de ses travailleurs journaliers pour se maintenir à flot. Elle espère pouvoir les réembaucher une fois le pays sorti de la récession.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail