Aujourd'hui l'économie, le portrait

Stuart Appelbaum, président du syndicat américain RWDSU, mène la bataille chez Amazon

Audio 03:43
Stuart Appelbaum, président du syndicat américain RWDSU.
Stuart Appelbaum, président du syndicat américain RWDSU. © Archive personnelle

Stuart Appelbaum, président du syndicat américain RWDSU, The Retail, Wholesale and Department Store Union, qui représente le commerce de détail, de gros, et les grands magasins aux États-Unis, mène la bataille avec les employés d’Amazon dans l’Alabama, dans le sud-est des États-Unis, pour former un syndicat.

Publicité

Après des mois de mobilisation, les 5 800 employés de l’entrepôt de Bessemer en Alabama ont commencé, lundi 8 février, à voter par mail, pour ceux qui le souhaitent. Un tournant historique pour Stuart Appelbaum : « Nous sommes très contents, car c’est la première fois qu’une élection syndicale a lieu dans un entrepôt Amazon aux États-Unis. Amazon est contre les syndicats et intimide ses employés pour qu’ils votent non. Amazon ne respecte pas la santé et la sécurité de ses employés, pas même leur dignité humaine. C’est un robot qui transmet les consignes, ils sont fliqués via une application sur leur téléphone, ils sont virés par texto, Amazon se soucie plus de ses robots que de son personnel. C’est pourquoi les employés veulent que leurs droits soient défendus. J’espère une victoire, mais je sais que la lutte sera longue. Amazon a 800 entrepôts aux États-Unis, donc le combat ne fait que commencer. »

D’autant que le système américain ne favorise pas la protection sociale. Seulement 7% des entreprises du privé sont syndiquées. La plupart donc n’ont ni convention collective ni congés payés ni congés maladie, explique Arthur Wheaton. Il est directeur de l’Institut du travailleur à l’université de Cornell à Buffalo, dans de l’État de New York : « Si Amazon parvient à former un syndicat, cela mettra la pression pour que les autres sites du groupe et même ceux d’autres grosses sociétés privées de fret, comme Fedex, se syndicalisent aussi. Mais c’est très difficile. Le droit du travail aux États-Unis est terrible. Il s’applique en fonction d’un lieu en particulier. Même si les employés de Bessemer dans l’Alabama votent oui, ceux d’autres plateformes Amazon devront, s’ils veulent se syndiquer, entamer des procédures dans ce sens, sur leur lieu d’implantation. »

Ces obstacles, Stuart Appelbaum, qui vient d’un milieu modeste, les affronte depuis plus de quarante ans : « J’ai grandi à Hartford dans le Connecticut. Mon père était employé à la poste, ma mère faisait du classement dans une compagnie d’assurance. C’est grâce au syndicat de mon père que j’ai pu obtenir une bourse pour faire des études universitaires. J’ai été à la faculté de droit de Harvard. J’ai commencé à travailler pour le mouvement ouvrier dans les années 80 et je suis président du syndicat RWDSU depuis 1998. Mon syndicat représente les gens qui travaillent dans les magasins, dans la filière volaille dans le Sud, dans l’agroalimentaire dans le Midwest, une variété de secteurs qui veulent tous la même chose : être traité avec respect et dignité au travail. »

À lire aussi : États-Unis : en Alabama, les employés d'Amazon face à l'anti-syndicalisme de l'entreprise

À 67 ans, ce travailleur acharné est marié et vit à New York. Il aime s’y promener, aller à l’opéra, aux spectacles de Broadway, lorsque ses multiples engagements le laissent souffler car il occupe aussi des postes clé dans trois autres syndicats du pays. Au sein de l’AFL-CIO, notamment, la Fédération américaine du travail-Congrès des organisations industrielles, principal regroupement syndical aux États-Unis.

Stu Appelbaum, pour les intimes, défend également le droit des travailleurs émigrés à New York, et ceux des personnes LGBT victimes de discrimination au travail. Il milite aussi pour le parti démocrate. « Le but de tout cela est de changer la donne pour que les travailleurs aient plus de pouvoir aux États-Unis. »

Prochaine étape pour Stuart Appelbaum : le résultat des votes dans l’Alabama, à partir de fin mars, pour savoir si le premier syndicat Amazon verra le jour dans son pays, comme il existe ailleurs : en France, en Allemagne, en Italie et d’autres pays d’Europe, mais aussi en Égypte, au Brésil ou encore au Pakistan.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail