Aujourd'hui l'économie

Chaos en Inde: les milieux économiques s'inquiètent

Audio 04:06
Des soignants et des proches portent le corps d'une victime du Covid-19, pour une crémation. Le 26 avril 2021, à Jammu, en Inde.
Des soignants et des proches portent le corps d'une victime du Covid-19, pour une crémation. Le 26 avril 2021, à Jammu, en Inde. © Channi Anand/AP

L’Inde, sixième économie mondiale avec 1,3 million d'habitants, subit de plein fouet une deuxième vague de Covid-19 ravageuse dont les conséquences économiques se font déjà sentir.

Publicité

Dépassées les prévisions du Fonds monétaire international, qui prévoyait, le 6 avril, un rebond solide de 12,5% cette année pour la croissance indienne. En moins de trois semaines, les espoirs d’une reprise rapide de la troisième économie asiatique ont été anéantis.

Les experts ont d’ores et déjà revu leurs estimations à la baisse. Le courtier Nomura anticipe ainsi une contraction du PIB d’au moins 1,5% par rapport au trimestre dernier. Et l’agence de notation Standard and Poor’s s’inquiète des entraves à l’activité économique qui pourraient, selon elle, avoir des répercussions sur la reprise mondiale.

La gestion de la deuxième vague par le gouvernement de Narendra Modi inquiète

Les autorités indiennes ont à gérer une difficile équation : contenir l’épidémie tout en préservant l’économie. Une chose est sûre : le Premier ministre nationaliste ne veut pas d’un confinement général comme celui qu’il avait imposé en catastrophe il y a un an. Deux longs mois qui avaient plongé le pays dans la première récession depuis son indépendance, avec une chute du PIB de près de 24% entre avril et juin et un chômage record de 23%.

Mais même sans confinement généralisé, les répercussions économiques de cette pandémie mortelle sont déjà là. Face à la flambée des cas, certains États, comme le Maharashtra et sa capitale Bombay, qui contribue à 15% de l’économie du pays, ont décidé d’imposer des confinements locaux. C’est le cas également pour New Delhi.

Conséquences, les ventes de détails ont plongé, un risque non négligeable pour une économie où la consommation représente 60% du PIB. Autre signe de ralentissement de l’activité, le fret ferroviaire a enregistré en avril une chute de 11%. Or, en Inde, plus de 30% des marchandises dans le secteur de l’industrie sont convoyés par chemin de fer.  La pandémie perturbe déjà les chaînes d’approvisionnement des PME qui font l’essentiel du tissu économique du pays et elle provoque des pénuries de main-d’œuvre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail