C'est dans ta nature

Le règne du végétal

Audio 03:08
Les plantes pèsent 82% de l’ensemble du vivant sur Terre.
Les plantes pèsent 82% de l’ensemble du vivant sur Terre. © CC0 Pixabay/Tony Knight

Éloge des plantes : c’est avec elles que tout a commencé, et c’est grâce a elle que la vie animale a pu se développer. Sans les plantes, qui représentent l’essentiel de la biomasse de la planète, impossible de respirer, de manger ou de se soigner.

Publicité

Elles étaient là avant tout le monde. Sous forme d’algues bleues microscopiques dans les océans, pour simplifier, il y a à peu près 3 milliards et demi d’années, que le botaniste français Francis Hallé, dans son livre Éloge de la plante, classe parmi les végétaux. Quelques évolutions plus, elles ont colonisé la terre, au point de représenter aujourd’hui la quasi-totalité de la biomasse de la planète. Les plantes, puisque c’est d’elles qu’on parle, pèsent 82 % de l’ensemble du vivant. La planète bleue est une planète verte.

Les animaux, issus des végétaux qui restèrent sédentaires, attachés à leur terre ou à leur rocher, sont devenus nomades. Et les derniers d’entre eux, les humains, arrivés les derniers, mais qui se servent en premier, représentent 0,01 % de la biomasse terrestre. Les plantes vivaient très bien toutes seules, mais nous humains, comme les autres animaux, ne pourrions pas vivre sans elles. C’est grâce aux végétaux, d’abord, que l’on respire. Grâce à la chlorophylle et la photosynthèse, qui transforment le dioxyde de carbone en oxygène, produit par les premiers organismes dans l’océan, la vie a été possible sur le globe.

Sans les plantes, famine assurée

Les plantes, aussi, nous nourrissent. À la source de la chaîne alimentaire. Qui mange un bœuf mange de l’herbe. Sans les plantes, famine assurée. Elles fournissent aussi l’énergie : le pétrole ou le charbon. Les énergies fossiles, à l’origine, ne sont que de la matière végétale entrée en décomposition. Enfin les plantes nous soignent, à la base de nombreux médicaments.

Plus de 30 000 plantes sont utiles à l’espèce humaine, sur les quelques 400 000 recensées sur la planète. Mais en moyenne chaque année, trois espèces s’éteignent à tout jamais. 90 % des forêts ont aussi disparu.

« Alors, on va tous mourir ? » 

C’est une hypothèse qui n’a jamais été démentie jusqu’ici, et c’est la raison pour laquelle on fait des bébés, plantes ou animaux, pour assurer la survie de son espèce. Mais les conditions sur Terre se dégradent. Une étude publiée par la revue Sciences montre que les végétaux absorbent aujourd’hui moins de CO2 qu’avant : 50 % en moins depuis une trentaine d’années. La faute au réchauffement climatique et à la multiplication des sécheresses. Le stress hydrique, le manque de nutriments aussi, implique moins de photosynthèse. Les plantes ne suivent plus le rythme imposé par les humains. La planète est à bout de souffle.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail