Comment les lanceurs d'alerte sont-ils protégés à travers le monde?

Audio 19:30
Des militants réunis pour soutenir le lanceur d'alerte américain Bradley Manning, accusé d'avoir transmis des télégrammes diplomatiques à WikiLeaks.
Des militants réunis pour soutenir le lanceur d'alerte américain Bradley Manning, accusé d'avoir transmis des télégrammes diplomatiques à WikiLeaks. NICHOLAS KAMM / AFP

La lanceuse d'alerte de Facebook poursuit sa tournée européenne. Frances Haugen est aujourd'hui à Bruxelles, en Belgique, où elle doit être entendue par les eurodéputés. Elle est attendue mercredi (10 novembre 2021) en France où elle sera auditionnée par une commission parlementaire. Les lanceurs d'alerte occupent de plus en plus de place dans le débat public. Ils permettent de révéler de nombreux scandales et opacités judiciaires, bien souvent à leurs risques et périls.

Publicité

En témoignent plusieurs cas emblématiques : celui de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, toujours emprisonné au Royaume-Uni ; ou, plus récemment, celui de la jeune journaliste chinoise Zhang Zhan, emprisonnée pour avoir couvert la crise du Covid-19. Elle serait actuellement entre la vie et la mort, selon ses proches. Comment les lanceurs d'alerte sont-ils protégés à travers le monde ?

Un décryptage avec :

Juliette Alibert, avocate de la maison des lanceurs d’alerte et Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte française, employée d’UBS France qui a dénoncé l’évasion fiscale et le blanchiment de fraude fiscale d’UBS AG (Suisse) et UBS France, permettant au Fisc français d’identifier 38 000 comptes offshore. Auteure de La femme qui en savait vraiment trop (Cherche Midi) et de La traque des lanceurs d’alerte, préfacé par Julian Assange (Max Milo).  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI