Journal d'Haïti et des Amériques

Questions autour de la dette de l’indépendance haïtienne

Audio 19:30
Jean-Marie Théodat, Mikaël Ponge et Myriam Cottias.
Jean-Marie Théodat, Mikaël Ponge et Myriam Cottias. © Sylvie Noël/RFI

En 1825, une ordonnance impose à Haïti – qui a déclaré son indépendance en 1804 - de payer à la France une indemnité de 150 millions de francs-or pour dédommager les anciens colons, en échange de la reconnaissance de sa souveraineté. Une dette qui ne sera soldée par Haïti qu’en 1883. Retour sur cette page d’histoire.

Publicité

Il y a 196 ans, le 3 juillet 1825, trois navires de guerre arrivent en rade de Port-au-Prince. À leur bord, se trouve le capitaine de Mackau qui est chargé par Charles X d’obtenir la ratification de l’ordonnance par le président haïtien Jean-Pierre Boyer, aux conditions de la France, y compris par la contrainte. Boyer signe, la souveraineté haïtienne est actée, la 1ere République noire existe bel et bien aux yeux de l’ancienne puissance colonisatrice… mais à quel prix ? Aujourd’hui, certains en Haïti demandent des réparations à l’État français, accusant au moins en partie cette « dette de l’indépendance » d’être à l’origine de la situation économique que connait le pays aujourd’hui. 

Pour en parler, deux invités : Myriam Cottias, historienne, directrice de recherche au CNRS, coordinatrice du projet REPAIRS qui étudie les conséquences de l’esclavage et des indemnités sur les colonies et sociétés postcoloniales françaises. Elle est à l’initiative d’une base de données détaillant les indemnités versées par l’État français aux propriétaires d’esclaves. Et Jean-Marie Théodat, Haïtien, agrégé de géographie, maître de conférences à Paris 1.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail