Nouvelles technologies

L’open data, fer de lance de l’innovation mondiale

Audio 02:03
contrairement aux géants de la Tech mondiale qui ont la fâcheuse habitude de garder jalousement des montagnes de données pour leurs seuls profits, tout le monde y compris dans un cadre commercial, doit être en mesure d’accéder, de réutiliser et de redistribuer les données de l’Open Data.
contrairement aux géants de la Tech mondiale qui ont la fâcheuse habitude de garder jalousement des montagnes de données pour leurs seuls profits, tout le monde y compris dans un cadre commercial, doit être en mesure d’accéder, de réutiliser et de redistribuer les données de l’Open Data. Getty Images/Nadla

Les open datas, ou données ouvertes, sont des informations numérisées pour lesquelles l’accès en ligne est totalement libre et gratuit aux particuliers, aux entreprises, aux ONG ou aux organismes gouvernementaux. Un partage de la donnée qui est devenu d’une absolue nécessité en cette période de crise sanitaire mondiale, selon une étude menée par la société européenne Opendatasoft.

Publicité

De l'innovation industrielle, à la recherche fondamentale, l'ouverture des données publiques que proposent les plateformes en ligne de l’open data, constitue depuis longtemps le fer de lance de l’innovation en favorisant la croissance économique de nombreux pays du monde.

Pour les Etats, l’open data représente aussi un enjeu de démocratie « garantissant une gouvernance transparente des services publics auprès des citoyens », nous précise Jean-Marc Lazard, dirigeant de l’entreprise Opendatasoft. Cette société européenne conçoit des portails en ligne open data facilement utilisables par les internautes.

On assiste à la naissance d’une sorte d’intelligence collective en ligne qui petit à petit se développe.

 

— Jean-Marc Lazard, dirigeant de l’entreprise Opendatasoft

« Rendre une donnée ouverte et faire de l’open data, c’est de rendre ces informations numérisées réutilisables par le plus grand nombre. Réutilisable cela veut dire publier ces informations dans les formats standards du web qui vont permettre aux internautes de les consulter avec les outils bureautiques du quotidien. Ces données sont soumises à des licences d’exploitation qui ne freinent pas trop les conditions d’usage et offrent un accès à l’information économiquement équitable » dit, Jean-Marc Lazard. 

Puis il ajoute : « Ce n’est pas toujours gratuit afin d’assurer le bon fonctionnement des infrastructures de l’open data. Mais quand ce sont des données délivrées par les administrations elles deviennent libres d’accès et gratuites, car c’est un bien commun déjà payé par nos impôts. Aujourd’hui notre quotidien est jalonné par de nombreuses applications numériques innovantes qui n’auraient pas pu être développées sans recourir à l’open data. Mais la donnée ouverte est aussi un enjeu démocratique qui rétabli la confiance des citoyens envers leurs administrations. On assiste à la naissance d’une sorte d’intelligence collective en ligne qui petit à petit se développe. Et grâce à l’open data un nouveau web est en train de se créer autour des données. »

Des données libres mais soumis aux règles essentielles

Ce web de la donnée partagée doit, en revanche, se conformer une règle essentielle. Pour des raisons évidentes de respect de la vie privée, il ne comporte aucune information confidentielle qui serait préjudiciable à une personne ou des groupes d’individus, comme la divulgation de leurs identités, la diffusion de leurs données bancaires ou encore l’affichage de leur état de santé.

Et contrairement aux géants de la tech mondiale qui ont la fâcheuse habitude de garder jalousement des montagnes de données pour leurs seuls profits, tout le monde y compris dans un cadre commercial, doit être en mesure d’accéder, de réutiliser et de redistribuer les données de l’open data.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail