Fuite des cerveaux: quand les médecins partent à l’étranger

Audio 48:30
Comment encourager les médecins à exercer dans leurs pays d’origine ?
Comment encourager les médecins à exercer dans leurs pays d’origine ? © Shutterstock/M_Agency

La Tunisie perd actuellement entre 700 et 800 médecins par an, qui décident d’aller travailler à l’étranger. Alors que le pays a été durement touché par la pandémie de Covid-19, cet exode des médecins a pesé lourd dans la crise sanitaire cet été, alors que le système de santé était débordé.

Publicité

Cette problématique s’observe dans d’autres pays pour des raisons sécuritaires et/ou économiques. Le Liban, la Syrie, Haïti, la Guinée, Madagascar… Comment encourager les médecins à exercer dans leurs pays d’origine ? Quelles conséquences cette fuite des cerveaux a-t-elle pour la qualité des soins dans les pays concernés ?

  • Dr Salem Ould Zein, président du Syndicat national des praticiens à diplôme hors Union européenne (SNPadhue), médecin réanimateur au Centre hospitalier général de Châlons-en-Champagne
  • Pr Mohamed Cissé, chef du service du Service Dermatologie MST du CHU de Donka en Guinée. Vice-président de la SODAF (la société de dermatologie d’Afrique Francophone).Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques de la Santé à Conakry, en Guinée
  • Dr Asmaou Diallo, interne au Service des Explorations fonctionnelles neuro-sensorielles au Centre hospitalier de Gonesse dans le Val-d’Oise, en région parisienne
  • Dr Myriam Fatmi, médecin généraliste et sexologue à Tunis en Tunisie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI