Accéder au contenu principal
En sol majeur

Jacques Coursil

Audio 48:30
Jacques Coursil.
Jacques Coursil. Arias/A. Carlier
Par : Yasmine Chouaki

Jacques Coursil est né en 1938 à Paris, de parents martiniquais nés à Fort-de-France. Il a fait ses études musicales et universitaires à Paris.

Publicité

En 1958-1961, Jacques Coursil voyage en Afrique de l'Ouest, pendant la période de décolonisation. Il séjourne longuement à Dakar où il est accueilli dans l'entourage de Léopold Sédar Senghor. À son retour en France, il enseigne la littérature et poursuit sa formation musicale. En 1965, Malcolm X vient d'être assassiné. Coursil part pour les États-Unis où il restera dix ans. Il débarque à New York dans l'agitation des Civil Rights, l'avènement du free jazz, des happenings en art, des projets et des mouvements hippies. Pendant cette décennie, il va avoir l'occasion de côtoyer et de travailler avec les plus grands musiciens américains tant de la scène jazz que celle de la musique contemporaine. Il va devenir l'élève du pianiste Jaki Byard, et surtout celui du trompettiste Bill Dixon avec lequel il part finalement en tournée pour jouer en duo. Il étudie également l'harmonie et la composition sous la direction du compositeur Noel Da Costa, et participera avec lui à de nombreux concerts en musique contemporaine. À cette époque, sa technique instrumentale est très solide et son imagination fuse tous azimuts.
Pendant ses années new-yorkaises dominées par la musique, la littérature, les arts et l'agitation politique, Jacques Coursil va découvrir quelque chose d'autre qui, selon lui, est tout aussi passionnant : la linguistique et la logique mathématique. Il va se détacher petit à petit de la scène musicale, enseigner de nouveau et retourner à l'université. Rentré en France, il décide de se consacrer à une carrière universitaire, ce qui l'amène à soutenir deux thèses, l'une en Lettres (1977) et l'autre en Sciences (1992). Il enseignera en alternance la littérature et la linguistique théorique, d'abord en France, puis en Martinique, aux États-Unis à l'Université de Cornell, et enfin à l'Université de Californie à Irvine. Ce cursus fait de lui une des voix les plus écoutées sur le corpus de Ferdinand de Saussure ou sur les théories générales de linguistique moderne, comme l'atteste la portée de ses articles et de son livre La Fonction Muette du Langage, paru chez Ibis Rouge en 2000.
Durant cette époque d'activités littéraires et scientifiques, la pratique de la musique ressemble pour Jacques Coursil à une rivière souterraine (ou à un laboratoire d'alchimiste). Il travaille en secret le souffle continu, les articulations, les "coups de langue" sans relâche jusqu'à ce que cette trompette qu'il aime se mette à chanter, à danser et à parler : obsession de clarté et d'émotion du timbre. Il y a du Clark Terry, du Jimmy Owens, du Hugh Masekela dans cette démarche : sans doute, les trompettistes de jazz, Jacques Coursil les aime-t-il et les admire-t-il tous.[Universal]

Son dernier album On A Trail Of Tears est sorti chez Universal.

→ Une interview de Jacques Coursil sur Rfimusique.

Les choix musicaux de Jacques Coursil

Jacques Coursil Nunna Daul Sunyi

Thelonius Monk Blue

Jacques Coursil Archipel du grand chaos Les îles

Miles Davis Bag’s groove

Jacques Coursil Franz Fanon

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.